vendredi, 25 mars 2005

Une montagne d'articles dans la presse

GrapheJ'ai une pile d'articles de journaux à lire. Tous portent sur le DMP.
Il y a un an, je ne trouvais rien. Maintenant, ils sont légions.
Le moment viendra où il faudra examiner de très près les retours d'expérience (après la généralisation du DMP), et là, il n'y aura plus aucun article...

Je vais profiter du week end pour en prendre connaissance, les décortiquer, les critiquer. Beaucoup me font carrément râler! Le sujet est mal maîtrisé. Je n'ai pas d'un autre coté, la prétention de tout appréhender et cerner. Je peux même dire que j'en apprends toutes les semaines...

Remarquez : ce n'est pas facile de tout cerner. On doit conjuguer plusieurs approches :
- une approche médicale, ça, c'est certain!
- une approche informatique (base de données, réseaux, serveurs, sécurité, ...).
- une approche "conduite du changement" (dans la mesure où c'est applicable... en France!).
- une approche administrative (les rouages chauffent à plein régime en ce moment ;-).
- une approche marketing (et oui, il faut bien "vendre" le DMP aux professionnels comme aux patients...).
- une approche financière (de type comptabilité nationale) pour jauger des économies réalisées par rapport aux coûts engagés).
- une approche sociologique (surtout pour mesurer les changements dans les habitudes liées à la santé comme la prévoyance, la consommation de médicaments, le rythme des consultations, la continuité des soins, le rapport patient-médecin, la fonction médicale vue par les professionnels, l'initiative du patient par rapport à la gestion de sa santé, etc).

Je vous présente une synthèse de tous ces articles la semaine prochaine. Je dois enfin faire le point sur les derniers rebondissements du feuilleton DMP (effets d'annonce, etc).

Enfin, à lire, le dernier commentaire de Martine Marchand.



 

Posted by Thierry Abiven on mars 25, 2005 at 10:22 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 23 mars 2005

Le DMP vu par un hébergeur de données de santé

A peine une demi douzaine d'opérateurs pourra intervenir dans l'hébergement des données de santé personnelle. Parmi les acteurs possibles, on aura IBM, France Télécom, ou In Vita (ex Andersen Consulting).

In Vita s'active pour se positionner en tant qu'hébergeur. De leur point de vue (et si je me reporte à un article de "Le concours médical Tome 127 - 11/12), il s'agit de s'assurer de l'accessibilité des données, leur intégrité et leur confidentialité.

Pour ce faire, In Vita s'est assuré du soutien de La Poste, tiers de confiance en ce qui concerne l'horodatage des données, un point important en cas de mise en cause de la responsabilité d'un acteurs de soins. Elle bénéficie par ailleurs d'un savoir-faire dans la confidentialité et l'identification d'un destinataire à l'aide d'un support matérialisé ou dématérialisé (comme la Carte Vitale). Donc, La Poste va intervenir dans le DMP : c'est un sccop!

Pour la question relative à la signature électronique de document, 9 télécom est le partenaire retenu par In Vita.

Le coût prévisionnel pour l'Assurance maladie sera de 15 euros par an et par patient, toujours selon In Vita.

Je me souviens d'entretiens d'embauche chez Andersen Consulting (en 1989) devenu depuis In Vita. Au travers des entretiens que j'ai eu avec divers responsables dont un associé, il m'était apparu - très clairement - que la logique business ne s'imposait pas dans cette entreprise. Le service et la satisfaction du client ne m'ont pas semblé, à cette époque,  leur priorité... Il est vrai que l'eau a coulé sur les ponts...

Et d'ailleurs, qu'est ce qu'ils ont fait en quinze ans? Quelqu'un est au courant?

Posted by Thierry Abiven on mars 23, 2005 at 10:47 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack

lundi, 21 mars 2005

Test en cours sur un DMP

BoulesgoogleVous êtes 112 à tester en ce moment un DMP en ligne. Vous avez été "recruté" via ce blog. Pour ce faire, il fallait répondre favorablement à un premier email, puis de nouveau "OK" à un second.

Si tel n'a pas été votre cas, vous n'avez pas été sélectionné pour ce test "grandeur nature"...
Les inscriptions sont de toute façon, closes.

Dans les prochains jours, je vous tiens informé des résultats de ce test.

Posted by Thierry Abiven on mars 21, 2005 at 03:23 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mardi, 08 mars 2005

DMP : quel impact pour le patient?

Claviernb_2L'introduction des NTIC dans les différents secteurs administratifs est, aujourd'hui, un fait irréversible dont la légitimité et l'importance ne sont plus discutables. Ces technologies permettent, entre autres, une grande rapidité dans le traitement et la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne administrative.

L'administration du secteur médical a connu, elle aussi, des mutations considérables et s'est vu impliquer dans un système de réseaux. Toutefois, la complexité du secteur et le nombre de contraintes qui interviennent, parfois, dans sa gestion empêchent la généralisation de l'utilisation de ces technologies. Elles nécessitent que soient reconsidérés certains aspects qui pourraient avoir un impact négatif sur la relation soignant-patient.

Lors du VIIIe congrès national d'informatique médicale, tenu le samedi 26 février dernier, certains intervenants ont abordé cette question de l'incidence de l'informatique sur le processus thérapeutique et la réussite du traitement.

Sofiane Zribi, psychiatre, note que la constitution d'un dossier médical informatique partagé (DMIP) risque de nuire à la relation de confiance établie entre le médecin et son patient. La dimension inhumaine et trop rationnelle associée à l'ordinateur peut altérer la communication et donner à la consultation un aspect impersonnel.

Le spécialiste ajoute qu'«en présence de l'ordinateur, le malade a l'impression que le médecin est soumis à une autorité de tutelle qui le dépasse, qu'il n'est plus libre. Il se sent alors inquiet quant à la confidentialité de son dossier. Le médecin perd, ainsi, son statut privilégié et sécurisant pour être réduit au statut de technicien de santé».

A côté du problème de la confiance altérée, les informations transmises au malade ne sont jamais tout à fait celles qui sont notées sur son dossier. Même si la différence entre les deux versions est peu perceptible, elle est d'une grande importance d'un point de vue psychologique et reflète l'habileté du médecin selon les circonstances à adoucir les réalités afin de ne pas heurter le patient.

Or, toutes ces précautions sont inutiles dès lors que le dossier médical est partagé et que sa consultation devient accessible à différents intervenants. Face à cette difficulté, il y a lieu de se demander si la constitution de deux dossiers n'est pas nécessaire afin, d'une part, de préserver l'exactitude du diagnostic médical et, d'autre part, d'épargner la sensibilité du malade.

Toutes ces réticences, poursuit M. Zribi, doivent être considérées non pas comme le fait d'un conservatisme, mais comme une étape nécessaire pour s'approprier la nouvelle technologie dans sa dimension optimale et constructive et éviter certains impacts négatifs.

 

Dans le même ordre d'idées, il souligne l'importance qu'il y a à tenir compte de la souffrance humaine derrière chaque dossier médical et à ne pas se laisser dominer par la loi de la machine.

Le Dr Zribi relève, enfin, quelques points à éviter dans le processus d'appropriation du système de partage de l'information médicale. Comme le fait, par exemple, de considérer le DMIP comme un outil exclusivement économique, ou encore comme une simple référence médico-légale. Car il est important de prendre conscience des limites de ces technologies.

Source : La presse / Tunis

Posted by Thierry Abiven on mars 8, 2005 at 11:55 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 16 février 2005

Le Conseil Supérieur des systèmes d'information de santé

Note d'étape
 
L’introduction des technologies de l’information   modifie l’environnement de travail des professionnels de santé sous la pression de   plusieurs facteurs

Claviernb_11°) une exigence croissante des patients, qui souhaitent une       amélioration de leur prise en charge globale
2°) la demande des professionnels eux-mêmes, qui souhaitent       assurer un meilleur suivi de leur patients et bénéficier des aides que peuvent apporter       ces nouveaux outils

3°) des impératifs d’amélioration de la qualité et de       l’efficacité économique du système de soins

Il s’agit en particulier de pallier les   dysfonctionnements qui ont été plus d’une fois mis en évidence : déficience des   fonctions d’orientation des malades, redondance des examens, lacunes dans la   politique de prévention, etc. ...

L’émergence de systèmes d’informations   conviviaux devrait contribuer à répondre à ces insuffisances. Il se dégage   aujourd’hui un consensus quant aux possibilités ouvertes par les technologies de   l’information dans le secteur de la santé, leur généralisation devant faciliter le   partage des informations nécessaires tant au suivi individuel de chaque patient,   qu’au pilotage collectif du système de santé.

Le pivot de ces échanges est le dossier de santé   des personnes. Le Conseil propose en effet d'adopter cette terminologie de préférence à   une notion de "dossier médical" qui apparaît excessivement réductrice, au   regard des objectifs aussi bien que des acteurs impliqués dans la consolidation et   l'utilisation des données.

Lire la suite :
http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/cssis/note.htm

Posted by Thierry Abiven on février 16, 2005 at 09:01 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 02 février 2005

Un jury distingue P. Douste-Blazy

La 5ème édition française des Big Brother Awards s’est clôturée le 21 janvier 2005, jour anniversaire de la mort de George Orwell il y a 55 ans, par une cérémonie qui a récompensé les meilleurs ambassadeurs 2004 de la société de surveillance.

Le jury a tenu à décerner un « Prix Spécial » à Philippe Douste-Blazy, ministre ET médecin, principal instigateur du « Dossier médical personnel » (DMP). Déjà rebaptisé « Dossier médical piratable », le DMP menace gravement la confidentialité des données de santé de tous les citoyens.

Lire l'article complet : http://infos.samizdat.net/blog/page.php?p=1765

Bouche_oreille_2Commentaire T. Abiven : Grâce à ce "prix", on sait maintenant que le DMP constitue une menace. Avant, on pouvait avoir des doutes, ou s'en tenir à une approche du sujet avec toute la nuance qu'implique sa complexité. Depuis ce "prix spécial", plus de doute, ni de nuance. A la poubelle la complexité du sujet qu'est le DMP! C'est simplement une menace. Un point c'est tout!

Je n'ai rien contre les comités de vigilance dont le rôle équivaut à une alerte face aux dérives de la mise sous fichier et sous surveillance.

Ceci dit, vigilance ne signifie pas a priori. Encore moins, simplification, négation de la complexité d'un sujet multi facette, rendant inepte, toute sentence tranchante. Adopter de tel procédé, est aller à l'encontre de l'objectif que l'on prétend défendre. Et surtout rendre un immense service à la cause que l'on souhaite bannir...

Posted by Thierry Abiven on février 2, 2005 at 09:11 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mardi, 25 janvier 2005

L'association "Medecins de Montagne" pas contentehttp://www.destinationsante.com/article.cfm?ContentID=11501

http://www.destinationsante.com/article.cfm?ContentID=11501

Posted by Thierry Abiven on janvier 25, 2005 at 11:58 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

jeudi, 06 janvier 2005

Cérémonie des voeux à l'Elysée

ChiracAllocution de Mr le Président de la République, J. Chirac

extrait : "Ensuite, l'application dans toutes leurs composantes de la réforme des retraites et de la réforme de l'assurance maladie : le Gouvernement doit en particulier mettre en œuvre le droit à l'information des Français sur leur retraite. Il doit veiller à la mise en place dans de bonnes conditions du nouveau parcours de soins et au lancement du dossier médical partagé pour que chaque Français puisse en bénéficier dès 2007".

Posted by Thierry Abiven on janvier 6, 2005 at 08:22 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 05 janvier 2005

La réforme entre en vigueur

suite : http://www.planeteradicale.org/asp/aff_art.asp?rubmenu=0&id_art=6326

Posted by Thierry Abiven on janvier 5, 2005 at 11:18 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

lundi, 03 janvier 2005

Assurance et DMP

<p><p><p><p><p><p><p><p>Assurance et DMP</p></p></p></p></p></p></p></p>

Une assurance : pour couvrir quoi?

Il est certain que le marché de l'assurance ne va pas tarder à réagir face à cette nouvelle pratique que sera le DMP. Il va proposer des produits s'adressant aux particuliers afin de couvrir une série de risque répertorié. Parmi ceux-ci, on trouvera pèle-mêle, la perte des données sur le serveur hébergeant les données de santé personnelle, l'accès impossible (même momentané) au serveur, l'intrusion aux données de santé contenues dans le DMP. D'autres thématiques pourront être ainsi dégagé par des assureurs en quête de marché, n'en doutons pas!

L'assurance : une réponse à un vrai besoin?

Bref, à terme, le particulier, s'il le souhaite, peut opter pour un contrat d'assurance DMP. Cela aura au moins une influence positive : celle de le rassurer dans sa démarche. Car au delà de cet aspect que beaucoup considéreront comme majeur, on peut se poser la question de savoir quelle réponse apporte une telle précaution? Si on reprend les trois exemples de risques couverts par la police d'assurance, on se doute bien que la perte des données est impossible (compte tenu des systèmes de sauvegarde, de serveur miroir, et de tout un appareillage de techniques éprouvées). L'accès rendu impossible au serveur de données pour tel ou tel motif, peut s'avérer réellement dommageable que dans certains cas très limités, pour ne pas dire rarissimes. Enfin, l'intrusion aux informations de santé personnelle entraîne un dommage difficile à quantifier.

L’assurance : indispensable pour les professionnels

Ce qui peut sembler facultatif pour le particulier, ne se pose pas dans les mêmes termes pour le professionnel (par exemple, l‘héberger de données de santé personnelle). C’est à lui qu’il incombe de produire la preuve de l’option effective pour une police couvrant sa responsabilité civile. C’est en effet, cette police là qui assurera la couverture du risque du particulier en cas de problème grave et sérieux (dans la mesure où la preuve du dommage est avéré). Pour avoir tâté le terrain dans ce domaine, je peux vous assurer que parler de timidité des assureurs est un faible mot! En règle générale, les assureurs n’aiment pas l’innovation et la nouveauté qui restent de leur point de vue (d‘assureurs), synonymes de manque de statistiques sérieuses, donc d’absences de prévisionnels fiables. C'est dire si le risque (pour le professionnel) est incertain (a contrario du particulier pour lequel le risque est nul, donc l'affaire rentable). En tous les cas, la réticence des assureurs tranchera sans doute avec l’avidité des avocats, qui avec le DMP, peuvent dores et déjà se frotter les mains…

Posted by Thierry Abiven on janvier 3, 2005 at 12:13 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

Rappel des notes les plus lus en 2004 : le dossier médical géré par le patient : une brillante thèse du Dr Thebault

Modelisation_virus_grippe_1

A notre connaissance, il n'existe qu'une seule thèse sur le dossier médical « partagé ». Il s’agit de celle du Docteur Thebault, soutenue publiquement le 3 juillet 2003 devant un jury de professionnels (Pr Bensadoun, Pr Heron, Pr Leroy et Dr Vallee) avec comme directeur de thèse, Dr Silberzahn. Université de Caen – Faculté de Médecine – Thèse pour l’obtention du grade de Docteur en médecine.

En voici le résumé :

« Le patient a décide de devenir acteur de sa santé : de totalement passif dans la relation thérapeutique, il est devenu peu à peu un partenaire mieux informé des problèmes de santé et aspire maintenant à devenir « co-soignant ».

La prise en charge de son propre dossier médical est au centre de ses revendications. Elle permet en effet une meilleure prise en charge des patients en améliorant la continuité des soins. Cependant, ne satisfaisant pas aux contraintes médico-légales indispensables au corps médical, ce dossier personnel du patient existera en parallèle d’un dossier maintenu par les médecins.
La santé dans son fonctionnement actuel et son organisation ne s’est pas adaptée à cette évolution. Tant au niveau de l’éducation des patients et des services offerts ? parmi lesquels la tenue de son propre dossier médical – la santé ne répond pas aux attentes des nouveaux patients.
Des tiers marchands commencent à saisir l’opportunité de cette carence. En offrant information médicale et paramédicale, dossier médical hébergé et géré par le patient conformément à leur souhait, conseils de toutes sortes, ils attirent les patients. Le dossier médical, en tant que réceptacle de toutes les informations de santé du patient permet une « affiliation » très étroite d’un patient à ces tiers marchands. Par ailleurs, l’agrégation des dossiers médicaux, par ses implications statistiques en terme de marché, représente une valeur colossale. En, ces patients déambulant dans les allées virtuelles de ces supermarchés de la santé sont d’intéressants consommateurs en puissance.
L’enjeu pour le monde médical est de taille. En perdant le dossier médical du patient, en perdant son éducation, il laisse à d’autres la fonction de porte d’entrée vers la santé qu’il assurait jusqu’alors. Le risque est grand, alors, de se retrouver manipulé par des patients désinformés par des intérêts marchands. Le risque est grand aussi de perdre plus : une partie des prescriptions d’abord, voir une partie des consultations enfin. En un mot, l’enjeu aujourd’hui est de ne pas perdre nos patients. »

Fin du résumé -------------------------------------A vos commentaires !

Posted by Thierry Abiven on janvier 3, 2005 at 08:03 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

jeudi, 30 décembre 2004

Les acteurs du DMP par Thierry Abiven

Networking3Le dossier médical partageable (DMP), s’inscrit dans un environnement propice à sa mise en place et à son évolution. Il est fondamental de s'intéresser aux divers acteurs et promoteurs du DMP afin de bien comprendre leurs interactions ainsi que leur rôle et poids respectif.

Il est possible de répertorier les différents intervenants suivants – à divers titre – et de les énumérer ci-après (énumération dont l’ordre ne tient pas compte des importances relatives de chacun).

En premier lieu, il y a le patient bien entendu. Après tout, c’est pour lui que le dossier médical partagé est mis en place et développé. Il tient un rôle primordial car il s’agit de son dossier médical. Il ne s’agit plus d’un patient passif face au monde médical mais d'un patient acteur de sa santé. Il maîtrise les informations le concernant et les co-gère.

On trouve immédiatement après le patient, le corps médical. Son rôle est fondamental : c’est lui qui détient le savoir nécessaire à l’enrichissement du dossier médical et ce, en accord avec le patient.

Il existe un autre type d’intervenants : les autre professions médicales : infirmiers prodiguant des soins, pharmaciens fournissant les médicaments. Un accès au dossier médical leur sera, de toute évidence, nécessaire (même s’il peut s’agir d’une partie précise du dossier, toujours avec l’accord du patient, voire de son médecin traitant).

L’Assurance maladie représente également un intervenant direct par rapport au contenu du dossier médical. Elle s’assure de l’inscription des données nécessaires (consultations et médications), elle contrôle les non-cumuls de consultations et de médicaments, elle rembourse (en fonction de ses règles strictes de remboursement). Là encore se pose la question du champ de visibilité de l’Assurance maladie…

Enfin, l’Etat joue un rôle majeur de régulation des activités liées au dossier médical partagé. Il active sa mise en place, définit les rôles respectifs de chaque intervenant ainsi que les objectifs, modalités et moyens. Il s’assure du bon fonctionnement de l’ensemble et introduit les correctifs à la suite de blocages éventuels. Sur ce point, il faut se montrer attentif - ,en excluant les approches partisanes - entre l’Etat qui impose et l’Etat qui propose et discute…

A ce stade, on pense un peu trop rapidement que la liste des acteurs du dossier médical s’arrête. Il n’en n’est rien ! Il faut rajouter trois nouvelles catégories.

D’abord, les fournisseurs d’accès internet (FAI) forme une catégorie indispensable. Sans eux, pas d’accès au dossier médical partagé sur l’internet et accessible selon une procédure de sécurité maintenant rodée (pour les consultations de comptes bancaires, déclarations d’impôts, etc.). Il faudra observer à l’avenir le rôle que veulent prendre ces FAI dans la promotion et l’usage du dossier médical (a priori, en France, ce rôle est neutre).

Ensuite, on trouve les hébergeurs de données de santé personnelles. Ces hébergeurs mettent en place un dossier médical sur l’internet, s’assurent de la fiabilité des accès et exercent un contrôle continu sur l’activité générée par la consultation et l’enrichissement des données de santé personnelle.

Enfin, il ne faut pas oublier les avocats spécialisés dans le domaine de la santé. Jusqu’ici, leur intervention était plutôt réservée aux professionnels de la santé. Avec la propagation du dossier médical personnel, il est fort à parier que les avocats seront sollicités pour régler des litiges entre les divers intervenants listés plus haut…

En conclusion, on le voit, le dossier médical partagé résulte d’une chaîne d’acteurs très différents dans leurs objectifs et modalités d’intervention. De là à penser que la réussite du dossier médical partagé repose sur le bon respect par chaque intervenant des limites de son implication, en ne perdant jamais de vue la clef de voûte du dossier médical : le patient…

Posted by Thierry Abiven on décembre 30, 2004 at 09:42 AM dans Dossier santé : Documents, Dossier santé : France, Dossier santé : environnement, Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mardi, 21 décembre 2004

Le DMP investit les espaces médicaux de la Toile

33docpro parle de votre blog préféré et des autres sources d'infos sur le DMP

http://www.33docpro.com/Medecine/Internet_Med/internet_med_index.asp?page=archc_corps&r=105&c=10246

Posted by Thierry Abiven on décembre 21, 2004 at 08:30 AM dans Blog - Pub - Divers, Dossier santé : France, Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

vendredi, 10 décembre 2004

Toutes les infos devront être conservées

Poubelle"Personne (ni le patient, ni le médecin) ne supprime rien dans le DMP. Si les médecins veulent revenir sur une donnée, un diagnostic, l’information précédente est gardée avec mention du fait qu’elle est modifiée. Toutes les pièces doivent être conservées".

Suite et source : http://www2.fulmedico.org/a/article.php?id_article=153

Posted by Thierry Abiven on décembre 10, 2004 at 08:46 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

vendredi, 26 novembre 2004

Le DMP par caducee.net

Le dossier médical informatisé

                                                                                        

Rédaction : Antoinette   Jordan-Meille, avril 2002
                          Validation : M. L. Dassie et Dr. L. Labreze                           
                      

Sommaire                          

                          Définition
                          Législation
                          Utilité d'un dossier patient informatisé
                          Problématiques
                          Eléments d'un dossier d  santé
                          Standards et normes
                          Critères de qualité de l'informatisation
                          Pour en savoir plus

suite : http://www.caducee.net/DossierSpecialises/systeme-information-sante/dmi.asp

Posted by Thierry Abiven on novembre 26, 2004 at 08:43 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

jeudi, 04 novembre 2004

L’administration électronique, un concept inconnu pour plus de 80% des Français

Paradoxe, si l’appellation fourre-tout "administration électronique" reste obscure, les services concrets, comme la déclaration en ligne des revenus, sont utilisés par de plus en plus de Français. C’est ce qui ressort d’un sondage de l’institut BVA.

Lire la suite de l'article http://rss.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39177731,00.htm

Commentaire : il peut en être de même pour le DMP dont l'expression reste peu parlante.

Posted by Thierry Abiven on novembre 4, 2004 at 07:23 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

mardi, 26 octobre 2004

Trois articles du "Monde" sur le DMP

Logo_lemonde_1
http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-384333,0.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-384332,0.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-384334,0.html

Rappel : une à deux notes nouvelles par jour sur votre weblog dédié au DMP!

Posted by Thierry Abiven on octobre 26, 2004 at 10:48 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink

jeudi, 21 octobre 2004

Le DMP a ses avantages...

le DMP "sera un plus pour le médecin, un plus pour la Sécu et un plus pour le patient", a estimé Philippe Douste-Blazy après avoir rappelé que chaque année, "128.000 hospitalisations sont dues à de mauvaises interactions entre médicaments".

Posted by Thierry Abiven on octobre 21, 2004 at 05:19 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

vendredi, 08 octobre 2004

ACCES DIRECT AU DOSSIER MEDICAL . ANALYSE ET SIGNIFICATION

Dossier (à l'origine) destiné à l'Académie de Médecine

Questions – Réponses


1- Y a t-il une spécificité à l'accès direct au dossier patient en psychiatrie ?

Cette question posée par le Professeur Glorion a eu le mérite de relancer le débat au delà des évidences.
La psychiatrie, publique, associative et privée, représentée par le C.A.S.P.(Comité d'Action Syndicale de la Psychiatrie), s'agissant de cette question centrale, ne souhaite pas constituer une spécificité à la psychiatrie.
Dès lors que le débat assimilait accès au dossier à liberté individuelle, la question de la psychiatrie pouvait en effet être posée. Cette discipline est la seule à pouvoir réduire la liberté du sujet à travers la loi d'hospitalisation à la demande d'un tiers pour les patients ne disposant pas, momentanément, de leur libre arbitre.


La suite http://www.psychiatrie.com.fr/articles/art412.html

Posted by Thierry Abiven on octobre 8, 2004 at 08:52 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 29 septembre 2004

e administration et e dossier médical

networking3L'e administration et l'e dossier médical sont bien sûr deux notions différentes. Ceci dit, il est toujours regrettable de s'enfermer dans un domaine sans jamais regarder à coté. Et une étude sur les français et l'e administration nous en fournit une excellente occasion. Silicon.fr présente un article très intéressant sur les motivations des français...
Voici le lien sur l'article : http://www.silicon.fr/getarticle.asp?ID=6250
Voici le lien sur le site : http://www.silicon.fr/

Posted by Thierry Abiven on septembre 29, 2004 at 09:16 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mardi, 14 septembre 2004

Les annotations: un nouveau type de document dans le dossier patient informatisé

ordinateurLes auteurs de cette note considèrent le dossier patient informatisé comme une collection de documents....

Dans le cadre du projet multidisciplinaire DocPatient (http://www.laria.u-picardie.fr/EQUIPES/ic/htsc), nous menons une étude théorique sur les documents à partir du travail de [4]. Nous adoptons une vision originale sur les documents en les considérant munis de leurs annotations. Une annotation est un document particulier attaché à une cible, qui peut être une collection de documents, un document, une partie de document ou bien une autre annotation.

Notre champ expérimental est le dossier patient informatisé. Le projet DocPatient est basé sur les résultats [2;3], qui ont montré l’intérêt d’une approche documentaire pour une telle application. Ces auteurs considèrent le dossier patient informatisé comme une collection de documents, ce qui semble être en conformité avec les pratiques de soins réalisées dans les services hospitaliers.

En nous situant dans ce paradigme, nous proposons d’ajouter de nouveaux documents dans le dossier patient informatisé: les annotations. En effet, le passage du support papier au support numérique, bien que justifié, implique la perte de certaines connaissances causée par l’ajout de contraintes pour l’utilisateur, lors de la saisie des données. De plus, des difficultés apparaissent lorsque les professionnels de santé utilisent des documents numériques (ex : la désorientation dans un hypertexte). Nous affirmons qu’un système d’annotations est complémentaire d’un dossier patient informatisé pour préserver l’ensemble des connaissances produites autour du patient et permettre aux professionnels de santé de réellement travailler avec les documents numériques du dossier.

Grâce à l’approche multidisciplinaire du projet DocPatient (gestion, psychologie, droit), nous avons étudié les différentes situations où les professionnels de santé annotent. Par exemple, lors la saisie des données, ils annotent pour ajouter des informations dans les formulaires qui sont tellement structurés et figés qu’ils ne peuvent y consigner l’ensemble des informations qu’ils voudraient. Ils annotent aussi pendant leur lecture du dossier, lorsqu’ils veulent s’approprier les documents et construire leur propre vision du dossier. Enfin, ils utilisent souvent ces notes pour construire leur propre synthèse du dossier.

Grâce à cette étude, nous avons défini et caractérisé l’objet annotation et ses liens avec le document annoté. Dans [1], nous avons positionné ces définitions selon [4]. Les problèmes sur lesquels nous travaillons actuellement sont les suivants :

· Le statut de l’annotation et particulièrement son autonomie et sa pertinence dans le temps. Un commentaire est il significatif seul ? Un commentaire existe-t-il encore quand le document qu’il annote disparaît du système ?

· La signification des différents documents générés à partir de l’ensemble des ressources du dossier patient informatisé (sémantique hypertextuelle). Quelle est la signification d’une synthèse créée avec des fragments du dossier patient ?

· La signification des annotations ajoutées aux documents par les rédacteurs ou les lecteurs pour construire leur propre vision du dossier patient informatisé (sémantique annotationnelle). Quand et comment peut-on créer des annotations et les combiner selon leur place dans le document annoté

[1] S. Bringay, S. Barry, J. Charlet. Les documents et les annotations du dossier patient hospitalier. A paraître dans Vol. 4, Num. 1. Numéro thématique de la revue I3 Information - Interaction - Intelligence, (2004).

[2] J. Charlet, B. Bachimont, V. Brunie, S. El Kassar, P. Zweigenbaum and J.F. Boisvieux, Hospitexte : towards a document-based hypertextual electronic medical record, JAMIA Journal of American Medical Informatics Association, 5(suppl), (1998).

[3] C. Lovis, A. Lamb, R. Baud, A. Rassinoux, P. Fabry, A. Geissbühler. Clinical Documents: Attribute-Values Entity Representation, Context, Page Layout and Communication. Dans les actes d’AMIA, (Symposium America Medical Informatics Association), 254-258, (2003).

[4] R.T. Pédauque. Form, Sign and Medium, As Reformulated for Electronic Documents. Document de travail, (2003). http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/05/94/sic_00000594_01/sic_00000594.pdf

Posted by Thierry Abiven on septembre 14, 2004 at 08:56 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 08 septembre 2004

Le DMP : ça se précise

Le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, a présenté mardi le calendrier d'application de la réforme de l'assurance maladie, précisant qu'un "tableau de bord trimestriel" allait être mis en place avant fin 2004 pour permettre de "juger la réussite de la réforme".

Un calendrier prévisionnel de parution des quelque 69 décrets et 9 arrêtés" d'application de la loi du 13 août, va intervenir en "cinq étapes, dont quatre avant fin 2004".

Le secrétaire d'Etat à l'Assurance maladie, Xavier Bertrand, a souligné que "l'objectif de 80% de décrets publiés avant la fin de l'année serait dépassé".

"Nous allons faire un suivi trimestriel" en concertation avec les partenaires, "notamment les professionnels de santé", qui "permettra de juger la réussite de la réforme", a expliqué M. Douste-Blazy, en annonçant la mise en place d'un "tableau de bord".

Celui-ci présentera des "clignotants": huit "indicateurs quantitatifs et des objectifs d'évolution de ces indicateurs", a-t-il précisé. Le premier de ces indicateurs est "le développement du dossier médical personnel".

Posted by Thierry Abiven on septembre 8, 2004 at 04:50 PM dans Dossier santé : France, Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

jeudi, 26 août 2004

www.dossier-medical.info : votre weblog en plein essor!

Plus 75 articles sur le dossier médical en moins de trois mois.
Une nouvelle note chaque jour ouvrable.
Plus de 60 articles en préparation...
200 à 300 visiteurs uniques par jour depuis le 16/08/04 et en forte croissance chaque jour!

Merci à tous ceux qui m'ont écrit depuis le lancement de ce weblog.

Posted by Thierry Abiven on août 26, 2004 at 04:27 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 18 août 2004

Le dossier médical partagé expliqué aux citoyens par un député (Mr Gilles Artigues - UDF)

gillesSi le texte (de la nouvele Loi) présente des "innovations intéressantes", il "reste des interrogations", a souligné Jean-Luc Préel (UDF). Il a aussi jugé "inacceptable" de reporter la dette de la Sécu sur la Caisse d'amortissement de la dette sociale (CADES), comme le prévoit le texte.

Pour lire la suite, je vous renvoie sur le site de Mr le député http://www.gillesartigues.com/page338.htm

PS : photo : Gilles Artigues et lien sur la home page de son site http://www.gillesartigues.com/

Posted by Thierry Abiven on août 18, 2004 at 09:30 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

mardi, 17 août 2004

Dossier médical partagé : les premiers projets pilotes voient le jour

Le système proposé par le ministre la santé, Philippe Douste-Blazy, pourrait modifier profondément la manière d’orchestrer les données de soins. Zoom sur deux initiatives pilotes, à Besançon et Toulouse. (09/06/2004)

Suite de l'article : Journal du Net http://solutions.journaldunet.com/0406/040609_dossiermedical.shtml

PS : Je ne sais pas si le dossier "hospitalier" - objet des expérences décrites dans les 3 articles suivants - correspond au dossier médical partagé (dans sa version finale et compte tenu du dispositif prévu par la Loi française) et franchement, j'ai des doutes.... Et vous?

Posted by Thierry Abiven on août 17, 2004 at 09:30 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mardi, 29 juin 2004

7 milliards d'économie!

La solution miracle, si on en croit l'actuel ministre de la santé, Philipe Douste-Blazy, afin de réaliser une économie de l'ordre de 7 millards d'euros, c'est le partage d'informations... Il compte sur la suppression d'examens en doublon ou médicalement injustifiés.
Bref, la mise en place du dossier médical partagé repose avant tout sur une motivation simple : l'argent économisé. Ceci explique l'objectif affiché par le ministre de conditionner le remboursement des soins à leur inscription dans le dossier. Il en résulte un impératif : introduire un troisième partenaire (en plus du médecin et du patient), l'Assurance maladie!

Posted by Thierry Abiven on juin 29, 2004 at 03:11 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

vendredi, 25 juin 2004

Point sur le dossier médical partagé

Dans un avenir proche (encore mal défini), le dossier médical partagé va permettre à plusieurs personnes autorisées (patient, médecins, etc.) d'utiliser les données personnelles de santé d'un individu (ceux du patient pour lequel le dossier a été créé) en vue d'optimiser les soins, médications, suivis, etc.

Plusieurs états envisagent de mettre en place un dossier médical partagé. Le Danemark l'a déjà adopté, Les Etats-Unis d'Amérique bossent sur le sujet, la Grande Bretagne a dégagé des crédits pour ce faire et la France va émettre d'ici peu, un appel d'offre. Le but est clair : économiser sur la facture des dépenses de soins.

Les modes opératoires sont encore assez flous : le dossier médical partagé serait unique et obligatoire ou bien le patient aurait le choix entre plusieurs offres (payantes?) ou ce dossier partagé resterait facultatif. Sa gestion pourrait être confié au médecin ou pas... La sécurisation des données personnelles de santé serait confiée à des hébergeurs agréés par les Etats.

Outre ces aspects non exhaustifs sur un sujet aussi sensible, reste la question essentielle de savoir si un dossier médical accessible sur l'internet (sécurisé) est plausible et envisageable pour toute une partie importante de la population encore réticente à utiliser le net... Et pour le reste de nos concitoyens, il reste à concilier dossier partagé et préservation du secret médical (du sacro saint secret médical!)...

Voici de façon volontairement succincte, un bref aperçu des gestations en cours sur le dossier médical partagé. On reviendra dans le détail sur l'intégralité des questions à poser et des aspects à traiter.


Posted by Thierry Abiven on juin 25, 2004 at 05:21 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

Dossier santé est ouvert!

Le weblog "dossier santé" est ouvert, ce vendredi 25 juin 2004. Il a pour objectif de recueillir toutes les infos relatives au dossier santé, dossier patient, dossier médical, de connaître les positions respectives de chaque acteur de ce nouveau secteur, de suivre les évolutions marquantes dans les nouvelles pratiques issues de l'introduction du dossier santé "partagé" et d'apporter un angle parfois critique sur tel ou tel aspect qui le mérite. Dossier santé compte sur le soutien et apports de celles et ceux qui jugeront utiles de contribuer à l'enrichissement de ce weblog, pour le meilleur profit de chaque visiteur.
Souhaitons donc une longue vie à ce weblog ainsi que de très nombreuses et fructueuses contributions de la part de ses visiteurs avertis!
Rendez-vous à l'adresse suivante : http://dossiersante.typepad.com/dossiersante/

Posted by Thierry Abiven on juin 25, 2004 at 03:27 PM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (4)