jeudi, 24 février 2005

Dossier minimum partageable en santé : À quand un dossier patient pancanadien?

Canada_w_1L’accès des professionnels de la   santé aux dossiers médicaux de tous les patients canadiens ne   relève plus de l’utopie. Des organisations travaillent actuellement   à mettre en place une architecture informatique qui rendra possible l’échange   de données entre les différents intervenants. Tout votre dossier   médical ne sera pas partagé, d’où le terme dossier   « minimum » partageable. L’objectif premier consiste   à fournir aux professionnels de la santé autorisés les   données les plus pertinentes pour pouvoir traiter un patient rapidement,   en tout temps et en tout lieu.

Les 1er et 2 février   derniers se tenaient, à Montréal, les Journées sur les   normes et l’interopérabilité des systèmes informatiques   en santé. Organisées par l’Association de l’industrie   des technologies de la santé (AITS), ces conférences ont permis   à diverses organisations d’exposer leur vision respective de l’échange   d’information dans le domaine de la santé¹.

Pour créer   une infrastructure informatique permettant un partage de données d’un   océan à l’autre, il faut parler le même langage, d’où   la nécessité d’établir certaines normes. Les normes   d’infostructure sont, en fait, des ententes documentées qui contiennent   des spécifications techniques ou des critères précis visant   à faciliter l’interopérabilité des technologies de   la communication et de l’information en santé.

Un des projets   prometteurs dans ce domaine s’avère celui d’Inforoute Santé   du Canada. Il consiste à développer une architecture de dossier   de santé électronique. Ce dossier de santé procurera à   chaque individu du Canada un dossier à vie, sécuritaire et confidentiel   des principaux antécédents en matière de santé et   de soins au sein du système de santé. On y retrouvera, notamment,   le groupe sanguin, les allergies et intolérances, la médication,   les antécédents médicaux majeurs, les radiologies et les   résultats d’examens de laboratoire du patient. Inforoute Santé   Canada souhaite rendre ce service disponible d’ici 5 à 7 ans, et   ce, pour au moins la moitié de la population canadienne.

Comment faire pour   que l’ensemble des systèmes d’information utilisés   par les différents centres hospitaliers, les pharmacies et diverses cliniques   communiquent entre eux? Au lieu d’imposer un nouveau système informatique,   Inforoute Santé du Canada a choisi de créer une couche au-dessus   de tous les systèmes d’information. La couche d’accès   à l’information en santé (CAIS) interprète les données   médicales provenant des différents systèmes. Actuellement   en développement, l’architecture sera intégrée graduellement   en mars et avril 2005. Après une phase de validation et de réajustements,   l’édition, le formatage et la publication seront effectués   entre juin et septembre 2005.

Qu’en est-il   du Québec? Le projet de loi 83, en attente d’approbation en ce   moment, assurera un cadre légal à la mise en place de tel système   entre les intervenants de la province. Les normes et l’architecture choisies   par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec   s’harmoniseraient avec celles retenues pour le dossier de santé   électronique canadien. Le Québec, ainsi que les autres provinces   canadiennes, devront toutefois se conformer à certaines règles   pour faire partie de ce projet national.


  Note :
  ¹Ainsi les personnes présentes ont pu écouter les présentations   d’Inforoute Santé du Canada, du ministère de la Santé   et des Services sociaux, de l’Institut canadien d’information sur   la santé, de l’Université de Sherbrooke, de Integrating   the Healthcare Enterprise (IHE) et de HL7 Canada.


  Rédactrice : Isabelle Vachon, analyste-conseil, CEFRIO
  Sources :
  Association de l’industrie des technologies de la santé. Journées   sur les normes et l’interopérabilité des systèmes   informatiques en santé, Montréal, 1er et 2 février 2005.

Posted by Thierry Abiven on février 24, 2005 at 08:19 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

lundi, 07 février 2005

Des nouvelles du Canada

Le système de santé du Canada doit accélérer la vitesse de son renouvellement ou risquer d'annuler les améliorations réalisées à ce jour, a déclaré aujourd'hui le Conseil canadien de la santé dans son premier rapport aux Canadiens intitulé Le renouvellement des soins de santé au Canada : accélérer le changement.

Le Conseil a identifié quatre aspects clés qu'il faut améliorer afin d'assurer la continuité du système de soins de santé du Canada comme suit :

- renforcement de la planification des ressources humaines en santé;

- accroissement du recours aux équipes multidisciplinaires de soins primaires;

- utilisation de la technologie de l'information pour mettre en oeuvre le télédossier de santé; et diminution des disparités dans la prestation des soins, surtout chez les communautés autochtones.

 

Le système de soins de santé du Canada s'améliore, mais nous devons accélérer le rythme du changement et transformer la façon de prodiguer les soins de santé dans ce pays d'une manière qui reflète nos besoins actuels, a dit Michael Decter, Président du Conseil. Sinon, nous risquons de mettre en péril les améliorations que nous avons obtenues, et il n'y aura aucune garantie que les plans et les principes consacrés dans trois Accords. Les recommandations du Conseil comprennent : Elargir immédiatement l'utilisation de la technologie de l'information. La mise en réseau du pays est nécessaire à la réforme et à la prestation opportune des soins de santé. Les plans prônent la création, vers 2020, d'un dossier électronique de santé national, lequel mettra les renseignements sur la santé des patients instantanément à la disposition des professionnels de la santé, mais le Canada doit mettre cette technologie en oeuvre plus tôt. Elargir les technologies de télémédecine, qui donnent aux habitants des zones éloignées l'accès aux consultations médicales, permettra aux patients de recevoir les soins dont ils ont besoin près de chez eux. Une meilleure sécurité du patient, une gestion plus efficace de la liste d'attente et un accroissement du partage de l'information dans un environnement de soins en équipe résulteront également de l'application de la technologie.

Posted by Thierry Abiven on février 7, 2005 at 07:45 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

mardi, 09 novembre 2004

Des leaders en soins de santé et en technologie unissent leurs efforts

Canada_w pour résoudre l'incompatibilité en matière d'échange d'informations TORONTO, le 13 oct. /CNW Telbec/ - Les communautés canadiennes des soins de santé et de la technologie ont fondé Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) Canada, une initiative visant à faciliter le partage des renseignements sur les patients entre différents établissements, qui pourrait contribuer à l'amélioration des soins de santé dispensés aux Canadiens. IHE Canada se joint à un mouvement international grandissant qui, depuis les six dernières années, s'efforce d'éliminer les barrières de l'incompatibilité qui entravent la transmission efficace des données cliniques et administratives dans le secteur de la santé. Bernard Courtois, président et chef de la direction de l'Association canadienne de la technologie de l'information et l'un des principaux artisans de la création d'IHE Canada, explique : "L'information sur la santé provient d'un vaste éventail de sources - ordinateurs, appareils de diagnostic, équipement de suivi des patients, etc. Des normes ont été établies pour s'assurer que ces diverses composantes fonctionnent ensemble. Toutefois, sur le terrain, nous sommes forcés d'admettre depuis un certain temps déjà que la seule application de normes ne garantit pas l'interopérabilité de toutes ces sources de données." Normand Laberge, chef de la direction de l'Association canadienne des radiologistes et participant fondateur d'IHE Canada ajoute : "Le partage efficace des renseignements sur les patients met de l'information cruciale à la disposition des prestateurs de soins de santé plus rapidement et plus facilement, ce qui se traduit en des diagnostics et des traitements plus éclairés et plus rapides pour les patients." Richard Alvarez, chef de la direction d'Inforoute Santé du Canada et autre participant fondateur d'IHE Canada, nous explique : "IHE Canada est un catalyseur de la promotion des systèmes de soins de santé et de données cliniques interopérables. Cette initiative nous rapproche de la réalisation de la vision d'un dossier de santé électronique efficace au Canada - une vision qui nous mènera vers un système de santé sécuritaire, de meilleure qualité et moins coûteux". IHE Canada réunit un important groupe d'experts volontaires, dont des prestateurs de soins de santé, des technologues de l'information, des universitaires et des fournisseurs en technologie de l'information, qui élaboreront des solutions pratiques afin que l'équipement médical et les applications informatiques fonctionnent mieux ensemble. Il s'agit d'une tâche particulièrement ardue aujourd'hui, car il existe, tant à l'échelle nationale qu'internationale, plusieurs normes d'échange d'informations incompatibles. La création d'IHE Canada a été rendue possible grâce à la collaboration de ses participants fondateurs, dont l'Association canadienne des radiologistes (ACR), l'Association canadienne de la technologie de l'information (ACTI), Inforoute Santé du Canada (Inforoute), la Canadian Healthcare Information Technology Trade Association (CHITTA), la HIMSS Ontario, l'Ecole de technologie supérieure (ETS) et le Ontario Hospital eHealth Council. A propos des partenaires Inforoute Santé du Canada (Inforoute) La mission d'Inforoute est d'accélérer l'élaboration et l'adoption de systèmes électroniques d'information sur la santé interopérables. Ces systèmes permettent aux professionnels de la santé d'avoir rapidement accès à des renseignements complets et exacts sur les patients, ce qui leur permet de prendre des décisions plus éclairées en matière de traitement et de diagnostic. Le résultat est un système de santé viable et moins coûteux offrant aux patients une sécurité accrue et une qualité de soins supérieure. Inforoute est une société indépendante, à but non lucratif, dont les membres sont les sous-ministres de la Santé fédéral, provinciaux et territoriaux. Association canadienne des radiologistes La CAR est une association qui travaille à l`amélioration du système de santé au Canada, plus particulièrement à l`accessibilité et la qualité des soins, en développant et améliorant continuellement les normes de la radiologie. La CAR représente les 2000 radiologistes canadiens et protège les intérêts du domaine de la radiologie au Canada par la transmission et la collecte d`informations et tendances aux différents gouvernements, associations médicales et patients canadiens. Canadian Healthcare Information Technology Trade Association La CHITTA représente les intérêts des entreprises de technologie de l'information et des communications (TIC) qui fournissent des produits et services au secteur de la santé canadien. Sa mission consiste à renforcer la compétitivité du secteur canadien des TIC grâce à des efforts de coopération entre les membres, à des contacts directs et collaboratifs avec tous les paliers de gouvernement et aux activités d'organismes associés. Ecole de technologie supérieure L'Ecole de technologie supérieure (ETS), un établissement d'enseignement universitaire de l'ingénierie faisant partie du réseau de l'Université du Québec, fête ses 30 ans cette année. Elle forme des ingénieurs reconnus pour leur approche pratique et innovatrice. Les professeurs de l'Ecole poursuivent des projets de recherche à travers diverses chaires, centres, équipes, groupes et laboratoires, contribuant ainsi au progrès scientifique, au développement de nouvelles technologies et à leur transfert en entreprise. L'ETS fait partie des leaders en recherche dans les domaines de l'ingénierie biomédicale et des applications informatiques innovatrices reliées aux soins de santé. HIMSS Ontario La HIMSS Ontario représente la Healthcare Information and Management Systems Society (HIMSS) au Canada. La HIMSS est une organisation qui regroupe des membres du secteur des soins de santé et se consacre exclusivement à assumer un rôle de leader dans l'utilisation optimale des systèmes d'information et de gestion en vue d'améliorer la santé humaine. Fondée en 1961 et comptant des bureaux à Chicago, à Washington et dans d'autres villes des Etats-Unis, la HIMSS représente plus de 14 000 membres individuels et quelque 220 sociétés membres qui emploient plus d'un million de personnes. La HIMSS influe sur la politique en matière de santé publique et sur les pratiques de l'industrie par ses initiatives de promotion, de sensibilisation et de perfectionnement professionnel visant à mettre en lumière l'importance des systèmes d'information et de gestion dans la qualité des soins dispensés aux patients. Association canadienne de la technologie de l'information L'ACTI est le porte-parole du secteur canadien de la technologie de l'information. Avec ses partenaires à la grandeur du pays, elle représente quelque 1 300 entreprises d'informatique et de télécommunications. Fabricants de matériel et de logiciels, fournisseurs de services ou créateurs de contenu électronique, ces companies comptent pour plus de 70 p. 100 de la contribution annuelle du secteur à l'économie canadienne,qui se traduit par des revenus de 130 milliards $, 545 000 emplois, 5.2 milliards $ d'investissements dans la recherche et 27 milliards $ d'exportations. Ontario Hospital eHealth Council Le Ontario Hospital eHealth Council a été créé pour montrer la voie à suivre aux hôpitaux en matière de cybersanté et soutenir la mise en oeuvre de solutions électroniques pouvant améliorer les résultats pour la santé ainsi que la gestion et la prestation des soins dans l'ensemble du système de santé. Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée finance le conseil. Renseignements: Caren Adno, ITAC, (905) 764-3334, Cell : (416) 568-2348, [email protected]

Posted by Thierry Abiven on novembre 9, 2004 at 07:43 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

jeudi, 21 octobre 2004

Inforoute (Canada) : un joueur clé dans le système de santé de demain

Networking3_1Lien vers le site d'inforoute et vers le mot du président : http://www.infoway-inforoute.ca/newsletter/vol01_no01/index.php?lang=fr

Précision : le rôle d'Inforoute n'est pas de concevoir et de mettre en œuvre des solutions (notamment en matière de DSE / dossier de santé électronique), mais de fournir une structure favorisant et accélérant leur développement et leur adoption à l'échelle nationale.

Posted by Thierry Abiven on octobre 21, 2004 at 08:23 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

mercredi, 20 octobre 2004

Reflexions canadiennes

CanadaUn article très intéressant sur l'introduction des NTIC dans le domaine de la santé et leur impact sur l'organisation des systèmes de santé.

Pour le lire : http://www.hec.ca/chairetisante/mission2.html

Posted by Thierry Abiven on octobre 20, 2004 at 09:13 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

lundi, 23 août 2004

DSE : Dossier de santé électronique au Canada

canada « Les dossiers de santé électroniques sont l'une des clés de la modernisation du système canadien de santé et de l'amélioration de son accès et de ses retombées pour tous les Canadiens. »
–Commission sur l'avenir des soins de santé au Canada, dirigée par Roy Romanow.

Un dossier de santé électronique (DSE) procure à chaque personne un dossier sécuritaire et à vie de ses principaux antécédents et soins médicaux au sein du système de santé. À l'heure actuelle, les dossiers de santé sont généralement conservés sur papier et ne sont pas aisément accessibles pour le professionnel des soins de la santé en temps opportun. Les prestateurs de soins de santé autorisés ainsi que le client auraient électroniquement accès au dossier en tout lieu et en tout temps afin d'assurer des soins de grande qualité.

La solution de dossier de santé électronique est une combinaison de personnes, d'entités organisationnelles, de processus d'exploitation, de systèmes, de technologies et de normes qui interagissent et échangent des données cliniques. Un réseau de solutions de DSE interopérables au Canada, qui relie les cliniques, les hôpitaux, les pharmacies et d'autres lieux de traitement, contribuera à améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients ainsi que l'accès des Canadiens aux services de soins de santé. Il contribuera ainsi à améliorer l'efficacité du système de soins de santé.

L'interopérabilité des dossiers de santé électroniques est la capacité des systèmes informatiques et des logiciels de communiquer de façon transparente les uns avec les autres. Elle est un élément essentiel de la mission d'Inforoute, puisqu'elle rendra les données cliniques accessibles dans tout le continuum de soins, entre les régions et les organismes de prestation de soins de santé, faisant ainsi la promotion de solutions réutilisables et reproductibles harmonisées avec les priorités des autorités compétentes et qui pourront être déployées partout au pays de la façon la plus économique qui soit. Sans ce cadre commun et ces ensembles de normes, les systèmes de DSE au Canada seraient un méli-mélo de systèmes et de technologies incompatibles.

Posted by Thierry Abiven on août 23, 2004 at 09:53 AM dans Dossier santé : Canada | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack