Google
Web www.dossier-medical.info

avril 2006

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Powered by TypePad
Membre depuis 06/2004

« Vitale, clé du DMP et PPP | Accueil | Médecin traitant : cinq clefs pour comprendre la réforme »

Le premier Dossier Médical Partagé par les médecins libéraux

L'ARH de Franche-Comté propose à l'ensemble des professionnels de santé de la région, un DMP basé sur le Serveur d'identité Patient Idéopass réalisés par SQLI, et interopérable avec les solutions de gestion de cabinets médicaux d’Axilog.


Convaincue dès 2000 des enjeux du partage de l'information entre les acteurs de la santé pour l'amélioration de la qualité des soins délivrés aux patients, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation de Franche-Comté s'est engagée dans la réalisation d'un socle technologique permettant la création d'un Dossier Médical Partagé (DMP) à l'échelle régionale. Aujourd'hui, l'Agence propose à l'ensemble des professionnels de santé de la région (hôpitaux, cliniques privées, laboratoires, réseaux de soins, cabinets libéraux, etc.) le premier DMP opérationnel accessible aux patients eux-mêmes.

Ce DMP sécurisé permet l'échange, la consultation et l'alimentation d'informations multiples, structurées ou non (images, signaux physiologiques, diagnostics, prescriptions, etc.), sans double saisie, via la carte CPS, pour les professionnels de santé ou une interface Web dotée d'un système d'authentification pour le patient. Il permet également d'assurer un « audit et une historisation » complets des accès pour un meilleur suivi du patient...

Les établissements de santé hospitaliers ou privés disposant de Systèmes d'Information hétérogènes, et les médecins en exercice libéral étant pour la plupart déjà équipés, l'interopérabilité des composants du DMP avec tout type d'environnements ou d'applications métier est un pré-requis incontournable pour son appropriation par les professionnels. L'ARH de Franche-Comté propose un DMP répondant aux réglementations en matière d'échange et de modèles de données, interopérable avec les logiciels libéraux via un interfaçage aux normes HL7-XDS et avec les établissements (interface Web en réponse aux requêtes lancées par une application SIH, principe des Web Services SOAP/HL7/ebXML).

L'identification est l'une des briques les plus structurantes des Systèmes d'Information communicants. SQLI a réalisé la solution IDEOPASS, un Serveur d'Identité Patient conforme aux préconisations du GMSIH et IHE-PIX. IDEOPASS permet de créer, modifier, rechercher, consulter et rapprocher l'identité du patient (suppression des doublons, fusion ou "défusion" d'identités...).

Cette solution intègre des connecteurs de type API via des composants EJB, et de type Web Services via SOAP/HTTP avec format HL7 projeté en XML (CPAGE, Résurgence, Convergence...).

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2760240

Voici les sites qui parlent de Le premier Dossier Médical Partagé par les médecins libéraux:

Commentaires

Cela me parait très bien et permettrait certainement de vérifier enfin l'identité des titulaires de cartes-vertes. Les
escroqueries expliquent à mon avis en grande partie le déficit de la sécurité sociale. C'est un domaine très souvent oublié. Il faut savoir qu’il n’y actuellement pratiquement aucun recoupement informatique et la carte-verte a facilité grandement la tâche aux gens malhonnêtes. Des vérifications et des recoupements informatiques sont effectués uniquement lorsque des soupçons sont portés sur une personne précise. Les intervenants (médecins, pharmaciens) n’ont pas le droit de contrôler l’identité du porteur de la carte. Les escrocs le savent bien. Il est connu que certaines cartes-vertes servent couramment à plusieurs personnes autre que le titulaire au profit la plupart du temps de personnes en séjour irrégulier ou encore qui viennent séjourner provisoirement en France pour se faire soigner voir certaine fois opérer aux « frais de la princesse ». Des médicaments sont en outre couramment achetés dans plusieurs départements par multi consultations de médecins puis revendus sans que personne s’en aperçoive. Les autorités le savent depuis longtemps mais ne font rien. Un renforcement du contrôle des identités ne dérangerait certainement pas les patients honnêtes.
La sécurité social ne doit pas servi à soigner le monde entier...

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier