Google
Web www.dossier-medical.info

décembre 2005

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Powered by TypePad
Membre depuis 06/2004

« mai 2005 | Accueil | juillet 2005 »

Vitale, clé du DMP et PPP

http://www.liberation.fr/page.php?Article=307273

http://www.01net.com/editorial/282410/services/partenariat-public-prive-un-nouveau-contrat-d-externalisation-pour-l-administration/

Assurance-maladie : le Haut Conseil met en garde contre une politique de santé à plusieurs vitesses

Bertrand_1Prudence. Un an et demi après avoir établi son "diagnostic initial" , le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie valide les orientations générales de la réforme du 13 août 2004, sans pouvoir, pour autant, en mesurer l'impact effectif. Créé en octobre 2003 et chargé par Jean-Pierre Raffrain de dresser un état des lieux partagé du système de santé français, le Haut Conseil peut aussi "formuler, le cas échéant, des recommandations ou propositions de réforme de nature à répondre aux objectifs de solidité financière et de cohésion sociale"

Dans son projet de rapport 2005, qui doit être validé jeudi, puis remis à Xavier Bertrand et à Philippe Bas, les deux ministres en charge de la santé et de l'assurance-maladie, le Haut Conseil exprime ses inquiétudes sur l'entrée en vigueur de certaines des mesures phare de la réforme de l'assurance maladie, comme la mise en place, au 1er juillet, du dispositif du médecin traitant chargé de piloter les patients dans un système de soins coordonné. Compte tenu du retard pris dans l'application de la réforme, La Mutualité française, la CFDT, l'UNSA, l'UNAF (Union nationale des associations familiales), la FNATH (Association des accidentés de la vie) et le CISS (Collectif interassociatif sur la santé) en demandent le report au 1er janvier 2006.

Observant de fortes différences dans le recours au système de soins en fonction du milieu social, le Haut Conseil estime que le parcours de soins et le dossier médical personnel (DMP) peuvent être un levier pour "améliorer l'équité d'accès" . Mais, relève-t-il, leurs modalités "de mise en oeuvre peuvent avoir des effets paradoxaux" . Parce qu'il laisse la possibilité de consulter un spécialiste sans passer par le médecin traitant, le système peut, dans certains cas, être source de conflit "entre les patients et les médecins" . Les spécialistes, insiste le Haut Conseil, pourraient être conduits à privilégier les patients les consultant directement, patients "qui risquent d'être, encore plus qu'aujourd'hui, les patients aisés financièrement" . "Il n'est pas exclu, compte tenu du profil socio-démographique de la population qui utilise beaucoup l'accès direct au spécialiste (population jeune, éduquée, niveau social et revenus élevés), que celle-ci accepte un décrochement du remboursement et ne modifie pas ses habitudes" , met en garde le Haut Conseil. Autant dire que le bilan financier attendu de cette mesure est, dans l'ignorance actuelle des futurs comportements, difficile à établir.

Prudent, le rapport 2005 estime qu'"il est prématuré de vouloir avancer un solde pour l'ensemble de ces mouvements" . L'organisme doit procéder à une première analyse de l'incidence du parcours de soins, à l'automne. Nombre d'éléments manquent aussi pour jauger l'efficacité de la réforme. Il en est ainsi du décret censé préciser la modulation de la prise en charge financière du patient selon qu'il respecte ou non le parcours de soins, et "dont le contenu n'a pas encore été défini" . De même, la sanction encourue par le patient qui refuserait l'ouverture d'un DMP ou s'opposerait à l'inscription de soins par les professionnels de santé n'est pas encore connue, puisque "le décret d'application n'est pas sorti" . Sur le DMP, ajoute le Haut Conseil, "rien n'est arrêté à ce jour (normes de sécurisation, interopérabilité des logiciels médicaux, etc.)" . L'organisme évoque aussi certains risques financiers pour l'assurance-maladie. La revalorisation actuelle d'actes "sous-cotés" , combinée à la consolidation "à leur niveau (...) de ceux qui sont surcotés" , entraîne "un surcoût de 180 millions d'euros" . Ce dernier pourra être plus important si les revalorisations d'honoraires médicaux sont octroyées sans contrepartie. Le rapport, de quelque 109 pages, qualifie aussi d'"opaque" la gestion hospitalière, et propose, pour combattre l'inégalité dans l'offre des soins, que "l'installation des professionnels de santé se fasse davantage en adéquation avec les besoins" .

Article du Journal LE MONDE | 21.06.05 | 13h52  •  Mis à jour le 21.06.05 | 14h03 signé par Rémi Barroux

PPP & DMP : rien de nouveau!

C'est un PPP qui permettra au DMP de se mettre en place. Le P.P.P. signifie Partenariat Public-Privé. C'est un nouveau sigle qui désigne un vieux procédé de financement des investissements publics sous des formes diverses : délégations, concessions, etc.

Bref, le PPP est sorti tout chaud du chapeau de de Villepin afin de permettre à des grands projets "déjà prêts" comme le DMP de se mettre en place, grâce à des financements privés compensés par des garanties d'exploitation (géographiques et calendaires).
C'est ce qu'on devrait entendre (en partie) demain lors de l'allocation du Premier ministre devant l'Assemblée nationale.

En d'autres termes, ce qui était prévu depuis de longs mois arrivé à maturité (avec ou sans changement de gouvernement, avec ou sans referendum - voir note à ce sujet -, avec ou sans droite et/ou gauche au pouvoir) et... tout cela sans cahier des charges (à date d'aujourd'hui en tous les cas).
Pour jouer au PPP, il faudra quand même émettre un document d'appel d'offre (ou équivalent), bien que les choix soient dèjà fait (depuis 6 mois environ).

Donc finalement rien de nouveau : on se situe bien dans un cadre franco-français!

Open Wide accompagne le Syndicat Inter hospitalier de Bretagne dans la mise en œuvre d’un moteur de GED

Wordddigital_1Open Wide, Spin off du groupe Thalès spécialisée dans l’intégration de composants Open Source, facilite l’échange d’informations dans le cadre du dossier médical partagé, en intégrant un moteur de GED industriel architecturé autour de briques 100 % Open Source.
Le SIB est un GIE spécialisé dans les prestations informatiques à destination des centres hospitaliers. Réunissant 145 Hôpitaux publics sur la région Grand Ouest, et une soixantaine d’établissements hospitaliers répartis sur l’ensemble du territoire, il assure des prestations hétérogènes telles que le développement de progiciels dans le domaine médical , l’externalisation du traitement administratif, le conseil en Systèmes d’Information Hospitaliers, ou encore l’infogérance et l’hébergement d’applications .

Pour répondre aux directives gouvernementales eu égard au dossier médical partagé, le SIB a développé un portail Internet / Extranet visant à faciliter la circulation d’informations entre les différents intervenants de la profession.
Pour ce faire, la mise en oeuvre d’un moteur de GED pouvant supporter de fortes montées en charge et intégrer le standard d’échanges ebXML quotidiennement utilisé dans l’industrie, s’est rapidement imposée comme une priorité incontournable.
Ce moteur devait également bénéficier d’une architecture ouverte lui permettant de s’interfacer aisément avec l’ensemble des applications proposées par le SIB, tout en respectant la norme IHE (Integrating the Healthcare Enterprise) et plus spécifiquement la norme d’échange sectorielle IHE XDS (Cross-Enterprise Document Sharing).
Fort de ces éléments, et après avoir consulté les principaux éditeurs du marché, le SIB sélectionne Open Wide en raison de son approche globale de la problématique.
Développé en un temps record de 5 mois, ce projet, livré en février 2005, traduit à nouveau l’expertise d’Open Wide en matière de conception de solutions Open Source intégrant de fortes contraintes sectorielles.
Présente sur l’ensemble des phases du projet, la SSLL a démontré sa capacité à associer des briques industrielles éprouvées, et à assurer un transfert de compétences auprès des équipes techniques du SIB, lui permettant ainsi de conserver la maîtrise technologique de ce nouvel outil, et de l’intégrer aisément à ses différents environnements.
Open Wide, architecte et intégrateur de solutions Open Source, a été créée en septembre 2001 dans le sillage du groupe Thalès. La Société, dirigée par Patrick Benichou, PDG fondateur, construit sa stratégie technologique grâce à son CTO Pierre Ficheux, expert Linux et acteur majeur de l’Open Source depuis les années 90. Open Wide emploie une cinquantaine d’ingénieurs et est située à Paris et Lyon depuis sa création. Lyon a été retenu pour l’implantation de son centre de R&D. La société a acquis récemment la société Accelance msp spécialiste Internet de l’hébergement et de l’administration de systèmes Open Source. Parmi ses références, la société compte notamment Thalès, April Assurances, France Telecom, Audemat, la Mutuelle des motards, le ministère de l’équipement et des transports, ou le Crédit Agricole.

Source :

03/06/2005


TECHNOLOGIES, INFORMATIQUE, LOGICIELS


http://www.publi-news.fr/data/03062005/03062005-093818.html

Bilan de Raffarin en matière de santé

Raffarin_1Le journal "Le Monde" (30/05/05) résume ainsi le bilan de Raffarin dans la santé : "La loi de financement pour la Sécurité sociale a instauré la tarification à l'activité (T2A) et porté le forfait journalier à l'hôpital de 10,67 euros à 13 euros. Outre la création du dossier médical personnel (DMP), la loi sur l'assurance-maladie a instauré une contribution forfaitaire à la charge de l'assuré et renforcé le contrôle des arrêts de travail et des indemnités journalières".