Google
Web www.dossier-medical.info

décembre 2005

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Powered by TypePad
Membre depuis 06/2004

« avril 2005 | Accueil | juin 2005 »

NON du referendum et DMP

Non_1Le NON franc et massif au dernier referendum sur la constitution européenne peut-il avoir un impact sur le DMP français?

Si j'ai bien compris, une majorité a voté "non" pour des raisons de politiques intérieures. Il y a autant d' interprétation de ce non qu'il y a de commentaires. On peut ainsi lui faire dire ce que l'on veut...
Si je ne me trompe pas, personne n'est capable de dire si le procesus institutionnel va aboutir à du concret ou si le non français l'enterre, si la France va rester en dehors ou si elle va être dedans, s'il y aura renégociation ou pas, revote ou pas...
En somme, si je comprends bien, le "non" n'était pas prévu au programme!

Et le DMP dans tout cela? A priori, rien à voir! Et pourtant!

Là encore, le NON n'est pas prévu au programme. Personne, cette fois-ci, ne sera consulté (et encore moins les patients...). Pas de referendum, le DMP sera obligatoire, si on refuse d'y recourir, on ne sera même pas remboursé et ce sera bien fait pour nous!

Bref, entre l'objectif initial d'un dossier médical partagé (entre patient et médecin, entre divers composantes du corps médical, entre information d'origine multiple) et le DMP de la sécurité sociale (que nous allons finir par avoir), nous aurons un écart considérable. 

Le DMP représente un exemple CONCRET de politique intérieure. Il en est une composante importante (voir les déclarations de J. Chirac et de feu, J.P. Raffarin). Je ne sais pas qui à parler de "nouvelles impulsions", ce que je crois, c'est que le non au referendum ne changera rien au triste DMP que nous aurons (par rapport à son vrai potentiel qui restera inexploité).

A mon avis, les électeurs qui ont voté non (pour des raisons de politiques intérieures) vont vite être déçu. C'est peut être pour cela que j'ai voté oui!

"Le DMP sera un échec"

Le collectif interassociatif sur la santé (CISS) est d'un optimisme fou sur l'avenir du DMP.
Il déplore qu'aucun cahier des charges n'ait été élaboré alors que des déploiements pilotes (baptisés "bassins de préfiguration" / c'est beau non?) sont prévus.
Le CISS râle car on ne l'a pas invité au conseil d'administration du GIP-DMP.
Sentence finale du CISS : "il n'y aura même pas de crash faute de plan de vol!"

Commentaire de Thierry Abiven (je joins ma photo à mon commentaire... pour mes nombreuses admiratrices ;-)))Thierry

1°) il n' y a pas de cahier des charges : le contraire aurait été étonnant car il aurait témoigné d'une volonté de transparence, de pluralisme dans le choix des opérateurs sur base objective d'aptitude à répondre à un pré-requis, de réflexion amont sur la couverture fonctionnelle requise par ce type d'applicatifs, d'une prise en compte du patient (dans sa multiplicité, dans son rapport au numérique, dans son face-à-face avec une information santé qu'il ne veut pas forcément voir, ni admettre, etc.) etc.

Or, qu'avons-nous constaté sinon :
A/  un manque constant d'informations de la part des fonctionnaires en charge du dossier;
B/ de déclarations (politiques) à l'emporte pièce, creuses, fades et sans intérêt (et manquant souvent de réalisme);
C/ un écart entre les (soi-disant) objectifs annoncés et d'une part, la réalité concrète du terrain (sous informatisation des hôpitaux, etc, etc, etc) et d'autre part, les moyens annoncés (je dis bien "annoncés" car pour le moyen, on ne voit rien venir...).

2°) les assoc. de patients ne sont pas invités : comme si nos maîtres et seigneurs en avaient quelque chose à faire des patients!!!! Voyons! A quel moment, un point de vue "patient" au sens stricte du terme, a-t-il été pris en compte?

Bref, il faut encore y croire! Avec un redressement drastique de la barre (du bateau en train de gîter  dangereusement), avec des actions concertées (incluant le maximum d'acteurs), avec une implication programmée des industriels, etc, etc, etc. Bon, c'est vrai, là, je rêve un peu... J'ai le droit non?

PS la prochaine fois, je vous montre une photo où je souris (sur celle-là, j'illustre le DMP, je fais un peu la gueule ;-)) Après tout, nous sommes aussi sur un blog!



Deux journées sur le DMP à Nancy

Sous le haut patronage du Ministère de la
Justice, du Ministère de la Santé

et du Sénat,
- La Faculté de Droit de Nancy,
- le Conseil Départemental de l'Ordre
des médecins de Meurthe et Moselle,

- la Faculté de Médecine de Nancy,

et l'association dossier 2005 organisent
le 3 et 4 juin 2005, à la Faculté
de Droit de Nancy, un Congrès sur le thème :

Les aspects juridiques et déontologiques
du Dossier Médical Personnel(DMP).



Pour plus d'informations sur cette manifestation,
voici l'adresse du site internet
http://www.dossier2005.org


Voir le programme :
Download prprogrammedfinitif.pdf


DMP : nous sommes prêts

Répondant à Philippe Douste-Blazy, qui avait affirmé qu’à travers le président de l’Ordre, c’était l’ensemble des pharmaciens qui étaient honorés à l’occasion de cette cérémonie, Jean Parrot (président de l'Ordre des pharmaciens) s’est montré très direct. Les pharmaciens sont prêts à être les « moteurs » de la réforme de l’assurance-maladie.

Plus précisément sur « l’ambitieux projet » du dossier médical personnel (DMP), « le volet pharmaceutique de ce dossier pourrait devenir opérationnel très vite, affirme-t-il. Il suffirait d’héberger, comme le permet la loi, les données présentes dans les ordinateurs de nos officines pour offrir une réelle lisibilité de toutes les dispensations de médicaments, qu’ils soient ou non présentés au remboursement. Cette lisibilité serait précieuse pour les prescripteurs. Elle le serait aussi entre nos confrères, pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle de sécurité au moment de la dispensation. »

Objectif : détecter et éviter les redondances de prescription, les interactions médicamenteuses et les effets iatrogènes. « Quelles économies pour l’assurance-maladie pourrait-on réaliser ! s’exclame Jean Parrot. Et, bien plus, quel avantage y trouverait la santé publique : quel progrès pour le bon usage et la sécurité des traitements serait offert au patient ! »

Une main tendue au ministre à qui revient la décision de mettre en œuvre ce projet avec les partenaires concernés.

Espace médical européen ou la voix de son maître!

Une nouvelle revue adressée aux médecins (gratuitement) et portant le n°1 (mai 2005) avec pour titre "Espace médical européen" vient de paraître.
Son sujet : le DMP, pourquoi? pour qui? comment?
Suit une dizaine d'articles dont unj entretien avec P. Douste-Blazy et un focus sur le dossier médical  aux Etats-Unis, Québec, Grande Bretagne, Allemagne.
Si vous connaissez le sujet, vous perdrez votre temps à lire cette revue. Si vous ne n'y connaissez rien, vous connaîtrez la position officielle de notre actuel (ça va bientôt changer) gouvernement.
Bref, rien de neuf pour une nouvelle revue qui se veut "un peu différente" et qui passe totalement à coté de son objectif.
Ceci dit, si vous aimez perdre votre temps...

COUP DE GUEULLE !

COUP DE GUEULLE !  (un message envoyée par Martine Marchand et reportée tel quel)
http://www.webzinemaker.com/admi/m6/page.php3?num_web=17902&rubr=4&id=259561

LES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES .......SONT LISIBLES PAR TOUT LE MONDE !

"Pirates MAG" N° 18/mai 2005, 1€90 dans les bons kiosques. ARTICLE DE PATRICK GUEULLE, ingénieur EFREI.
http://www.acbm.com/

Edito:
"Vous vous souvenez du scandale des cartes bancaires ? Rappelons l'histoire en quelques mots: un ingénieur avait trouvé une faille qui permettait de fabriquer de fausses cartes pour voler de l'argent. Il avait prévenu le GIE des cartes bancaires. Et avait été poursuivi en justice en guise de récompense, le GIE persistant à dire que le système était fiable.
L'histoire est en train de se répéter. En février 2003, sortent des API permettant de développer des applications autour de la carte de santé à puce Vitale. Le GIE Sesam-Vitale déclare: "Quelle que soit la solution de lecture choisie, l'accès aux données sécurisées de la carte Vitale nécessite l'introduction d'une carte de la famille CPS (carte de professionnel de santé) dans un dispositif de lecture". Or en juillet 2003, Jérôme Crêtaux, un informaticien qui doit travailler avec ces API, y découvre un bogue. Il est encore temps de corriger, il prévient le GIE Sesam-Vitale. Le GIE ne veut rien entendre. Début 2005 M Crêtaux décide de faire bouger les choses et publie quelques éléments sur le net. Résultat, le GIE dépose plainte contre X !
N'ayant pas accès à la documentation API du GIE, notre spécialiste maison a décidé de poursuivre l'analyse "à la main" de la carte Vitale.........Et il a fait une découverte surprenante: la carte Vitale elle-même n'est pas sécurisée, les informations prétendues confidentielles sont lisibles par tout le monde ! Nous vous donnons les explications p 26. Moralité ? Ne confiez votre carte Vitale qu'à un professionnel qui de toute façon aurait eu accès à ces informations !"


Allez donc lire en page 26, je ne peux que vous citer la conclusion de l'article de Patrick Gueulle, technique mais compréhensible, même par une béotienne en informatique comme moi. Lire aussi "Plus loin avec les cartes à puce" de Patrick Gueulle, édité par Dunod. Pour comprendre.
http://www.dunod.com/pages/ouvrages/ficheouvrage.asp?id=47235

"AUX ABRIS !
Il est facile d'imaginer les conséquences que pourrait avoir la lecture de ces informations par un tiers non-habilité (banque, employeur, assureur, mutuelle....), à qui on confierait sa carte Vitale, convaincu qu'on ne pourrait y lire que des données non confidentielles. On comprend qu'il serait fort simple de développer un petit logiciel PC/SC indiquant par oui ou par non, si une carte Vitale renferme des droits à 100 % ou pas, révélant donc une éventuelle maladie grave. Et le secret médical, alors ?
La carte Vitale bénéficierait-elle d'une dérogation ?
Tant de légèretés, pour ne pas dire de mensonges, est inquiétant à l'heure où on nous prépare un "dossier médical personnel" que même le conseil de l'ordre des médecins qualifie de "boîte de Pandore" (bulletin N° 3 de mars 2005)."

Patrick Gueulle a bien saisi la position de l'ADAS:
"Et c'est ainsi que l'ADAS, sous l'impulsion de sa porte-parole, le Dr Martine Marchand, finit par ouvrir son site à tous ces professionnels que l'on ne veut pas écouter"

Patrick, vous parlez des indiscrétions de tiers non-habilités. Nous avons aussi peur de la curiosité des tiers habilités: organismes d'Etat, Ministère de l'Intérieur etc. L'habilitation, c'est comme l'agrément, c'est pour les copains !

Carte honnêtement sécurisée, ou pas de carte du tout !
Carte inaccessible à tout intervenant non médical, ou pas de carte du tout !
Carte non obligatoire, ou pas de carte du tout !
Nous savons que cela n'est pas possible: donc c'est
PAS DE CARTE DU TOUT !

PS: Aux petits malins qui me disent que sur l'attestation-papier de sécu, il y a les mêmes info, je réponds:
1/ que l'on peut demander à la sécu une attestation papier ne faisant pas mention d'une éventuelle prise en charge à 100 %. Nous vous le recommandons FORTEMENT.
2/ que cette attestation papier sera inopérante sur d'éventuels Dossiers informatisés, et pour cause.

Caisse des dépôts et consignations

L'entrée de la Caisse des dépôts et consignations dans le dispositif du futur DMP semble diversement apprécié.

Ce qu'on lui reproche
De par son statut, la CDC échappe à un contrôle démocratique.
La CDC n'est pas légitime dans un rôle d'hébergeur de données ou de garantie de bon hébergement des données. On doit la confiner à un rôle (légitime celui-là) de financeur du DMP.
La CDC serait le chef d'orchestre des consortiums en charge du DMP, excluant les représentants des usagers et ceux des professions de santé, du processus de décision.

Ce qu'on lui trouve de bon

La CDC sait gérer les grands projets.
Elle sait mobilier les collectivités territoriales (si des financements supplémentaires étaient nécessaires).
Via sa filiale CDC Zantas, elle a les compétences en matière d'hébergement.
Elle représente un contrepoids à l'assurance-maladie qui ne demande qu'à devenir le pilote du DMP.

Le principal opposant à la CDC est à ce jour, Jean-Luc Bernard, président du collectif inter associatif sur la santé (CISS). Les principaux artisans de la mise en route de la CDC vers le DMP sont les réels décideurs du DMP. Pour avoir déjeuner la semaine dernière avec le principal d'entre eux, le rôle de la CDC et son poids dans le DMP n'est pas prêt d'être réduit...  Et ceci est prévu depuis plus de dix mois... Dernière chose : les représentants des usagers et des professionnels de la santé, ne figurent pas dans le GIP. Ce dernier va disparaître en fin d'année pour laisser place à une autorité de régulation des activités d'hébergeurs de données de santé.