« Journée de réflexion sur le dossier patient : partie 2/3 | Accueil | Diraya en Espagne »

mardi, 14 décembre 2004

MEDISCS : support off line de données de santé pour chaque patient

MediscsMr DELBOURG (51 ans) est directeur associé d'une société innovante MEDISCS. Il propose une solution inédite, complémentaire au DMP, articulée autour de l'auto-appropriation de ses données de santé par le patient.

 

Présentez-vous brièvement.

Mr DELBOURG : J'assure la promotion d'un nouveau système de sauvegarde de l'information, destiné aux patients, futurs utilisateurs du DMP. La société MEDISCS créée en avril 2004 sur une idée du professeur Pierre RABISCHONG a développé un système breveté de back up des data du patient.

L'idée est de rendre possible la pleine possession des informations santé du patient par le patient lui même. Avec notre solution, le patient les transporte avec lui en toutes circonstances (y compris en cas d'urgence).

 

Comment ça marche précisément?

Mr DELBOURG :MEDISCS est un support off line de data. Cela peut être un CD, un DVD, une clé USB. Le patient présente celui-ci à son médecin. Le médecin va le prendre, l'introduire dans son lecteur afin de prendre connaissance des informations dont il a besoin.

Le médecin fait sa consultation. Il tape son ordonnance (cela est valable également pour les radios numériques et les examens biologiques).

A ce moment, deux possibilités :

soit, le médecin grave directement ces informations là sur le CD. Dans ce cas, MEDISCS se connecte au serveur automatiquement pour le mettre à jour.

Soit le médecin les transfert au serveur de données de santé personnel. Dans ce cas, MEDISCS rapatrie les informations additionnelles du serveur au support off line.

 

Tout cela a l'air très simple d'emploi! Pouvez-vous nous décrire le procédé en question?

Mr DELBOURG : Le CD (si c'est un CD) contient une application de démarrage, compatible Mac et PC. En fait, cette application démarre un serveur local http entièrement écrit en java et fonctionnant sur un URL local.

Pour lire les informations, on se contente de communiquer avec ce serveur local.

Pour s'assurer du transfert des informations du support off line (donc du serveur local) au serveur externe (le fameux hébergeur de données de santé personnel), on établit une connexion sécurisée « maison ».

Ensuite, il reste à contrôler le différentiel de contenu entre l'un et l'autre et assurer la mise à jour du serveur qui dispose le moins d'information. Dans les faits, on compare les numéros d'enregistrement. Si le serveur local affiche 100 enregistrements et le serveur distant, 104, on rapatrie l'enregistrement 101, 102, 103 et 104 du serveur distant au support off line MEDISCS. Le procédé de gravure est géré automatiquement, y compris la taille restante sur le support par rapport au besoin de la gravure.

 

Décrit comme cela, votre procédé semble ingénieux et vraiment novateur! Mais, il risque de coûter cher à l'utilisateur?

Mr DELBOURG : Pas du tout! Les hypothèses actuelles oscillent entre 10 et 15 euros, en précisant qu'il s'agit d'un règlement une fois pour toute! MEDISCS est donc accessible à tous et garantit une réelle possession de ses informations santé.

 

Comment est reçue votre procédé par les décideurs institutionnels?

Mr DELBOURG : Très bien, une démonstration concrète du procédé MEDISCS est toujours meilleure qu'une explication simplement orale. Nous avons rencontré Mr COULOMB et Mr Alexandre MOATTI. En plus, les associations de patients sont très positives à notre égard.

 

Et les perspectives commerciales sont-elles bonnes?

Mr DELBOURG : On ne peut rien dire pour le moment mais des partenaires industriels ont déjà fait connaître leur vif intérêt étant donné la compatibilité de MEDISCS avec la prestation d'hébergeur de données de santé.

Entretien réalisé par T. Abiven le 2 décembre 2004 par téléphone. Les visiteurs du blog www.dossier-medical.info/ seront tenus au courant de l'évolution de ce procédé novateur. Un compte-rendu du colloque organisé par MEDISCS (voir le programme et les intervenants plus bas) sera diffusé sur le blog dès sa parution.

 

Coordonnées de MEDISCS :
Tel : 04 99 63 68 30 - Fax : 04 99 63 68 39

 

Posted by Thierry Abiven on décembre 14, 2004 at 08:58 AM dans Dossier santé : interview | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/1485778

Voici les sites qui parlent de MEDISCS : support off line de données de santé pour chaque patient:

Commentaires

Dans un commentaire à la suite d'une note publiée sur MEDISCS, un(e) certain(e) "MZ" (?) émet les propos suivants : "J’ai un souhait pour 2005, que le blog DMP soit un peu plus sérieux et plus critique vis à vis des jolies propositions commerciales et soit un vrai blog de débat autour du DMP".
Le Blog du DMP a toujours recueilli tout type d'infos, d'opinions variées ET de critiques (souvent contradictoires) sur le thème du DMP. Tous les sujets y sont abordés, les sources citées (quand cela est possible et le plus souvent ça l'est), les aspects traités sous divers éclairages.
La seule règle d'or de ce blog (d'où le choix du support "blog") est la tolérance, l'ouverture d'esprit, une approche critique des informations abordées SANS en occulter aucune (dans la mesure où elles concernent la thématique de ce blog). Le fait d'aborder MEDISCS et de l'inclure DELIBEREMENT dans les notes de ce blog et en plus, d'affirmer (haut et fort) que JE vais continuer à le faire, entre dans la règle d'or que je viens de rappeler.
Le blog du DMP n'est pas un cénacle qui décide que tel ou tel sujet est bon (ou "sérieux") pour ces lecteurs ou non. Car si c'était le cas, il serait justement tout sauf sérieux!
Etre critique ne signifie pas plus censurer a priori telle ou telle note. Au contraire, il faut présenter l'information, la mettre à la portée de tous (y compris des censeurs) : c'est bien là la condition SINE QUA NON pour qu'elle soit critiquée!!! Et débattue!!!
Les "jolies propositions commerciales" trouveront toujours une place dans ce blog : chacun jugera ainsi de leur "commercialité" via les commentaires libres et accessibles à chaque visiteur.
Enfin, je rejoins « MZ » sur un point : ce blog est perfectible. Vous êtes nombreux à me faire part de vos remarques : j'en tiens le plus grand cas! Très prochainement, le blog va connaître une de ses évolutions de fond les plus marquantes depuis sa mise en ligne...
Thierry Abiven
PS : pour revenir sur MEDISCS, je vais bénéficier d'une présentation prochainement. Je ferai donc une note là dessus : je pourrai ainsi émettre une opinion (critique ;-) sur le procédé, ses avantages, ses éventuels inconvénients, etc. Ceci explique pourquoi, pour le moment, je suis resté réservé sur ce sujet (fort intéressant et directement dans le domaine d'information du DMP).

Rédigé par: Abiven Thierry | janvier 17, 2005 10:44 AM

Pour répondre aux préocupation de Vulcanix:

Il est d'abord nécessaire de séparer deux choses: Le DMP et la solution MEDISCS. Le DMP s'appuie sur le fonctionnement d'hébergeur de santé et propose à tous les professionnels de santé de partager une base de données communes pour tous les patients. Ces hébergeurs de santé sont en fait des serveurs de données.
La solution MEDISCS est une facon pour le patient de s'approprier les données le concernant en gardant sur lui un support de style CD. En aucun cas les médecins ne travailleront directement avec la solution MEDISCS réservée aux patients, leur priorité sera de renseigner la base de données concernant les patients qui se trouve sur un hébergeur de santé.

Support de données. Vous avez raison, il est complétement idiot de penser que l'on va pouvoir stocker sur un CDROM ou sur un autre support, un examen IRM. Mais cela n'est le but, ni du DMP, ni de la solution MEDISCS. Le principe de fonctionnement de ces deux solutions est basé sur les hébergeurs de santé. A la suite d'un examen IRM, on ne gardera que quelques clichés qui viendront alimenter le diagnostic d'un medecin. En outre la solution MEDISCS est une solution orientée "patient" et les patients ne s'interessent pas aux examens mais aux résultats des examens, aux diagnostics.

Clef USB. Elle devra s'utiliser avec beaucoup de précaution mais rien n'empeche son utilisation concernant la solution MEDISCS. Cependant, un support du style CD ou DVD est préférable.

Assurance maladie. Ils ne travaillerons pas avec la solution MEDISCS. Le problème d'incompatibilité évoqué ne concerne que le DMP. Le cahier des charges du DMP étant encore en cours d'élaboration, il est encore trop tot pour parler de problème. Par ailleurs, l'assurance santé possède déjà un outil de suivi des patients pour le remboursements des soins, il s'agit de la carte vitale. Le DMP fait partie des grandes réformes de l'assurance maladie, au même titre que la carte vital 2.

Mise à jour des données. Les données contenues sur le DMP ne peuvent pas être modifié sans le consentement du patient. La solution MEDISCS garantie la mise a jour des données. De plus, le mèdecin ne travaille pas directement sur le MEDISCS mais sur le DMP, et la solution MEDISCS s'aligne de façon transparente sur le DMP.

Le DMP que va mettre en place l'assurance santé et la solution MEDISCS sont deux solutions différentes et complémentaire. Le brevet déposé ne concerne que la solution MEDISCS.

Voila, j'espere avoir répondu a certaines de vos interrogations concernant le DMP.

Un plus grand nombre de renseignements sont disponible sur le sit du gouvernement: http://www.assurancemaladie.sante.gouv.fr/

Rédigé par: Ben | janvier 16, 2005 02:54 PM

Poster un commentaire