« Etude W-MI | Accueil | Dr Patrick Lacôte et le réseau Diaborne »

lundi, 15 novembre 2004

Compte-rendu colloque DMP : des questions en suspens.

Point_interrogationCe samedi était organisé un colloque intitulé « le DMP en pratique : les médecins posent leurs questions », organisé par la conférence nationale des URML et animé par le Dr Jean-François THEBAUT (président de la commission système d'information URML IDF). L'objectif de cette réunion consistait à mettre en exergue les thèmes importants liés au DMP auxquels il faudra apporter une réponse concrète avant, pendant ou (par défaut) après sa mise en oeuvre.

Le principe du colloque était simple : dix exposés successifs réalisés par dix médecins en provenance des URML régionaux ont développé dix thèmes variés. Une brochette de sept grands témoins avait pour tâche de réagir au contenu des exposés et répondre aux éventuelles questions de l'assistance.

  • Les thèmes les plus intéressants portaient sur le contenu du DMP, son impact dans la pratique quotidienne du médecin, les mécanismes d'identification du patient ainsi que les modalités de consultation et traitement des données du DMP par le médecin.

  • Parmi les grands témoins, se trouvaient Mr Jean Luc Bernard (président du Collectif Inter-associatif sur la santé), le Professeur Jean-Michel Dubernard (président de la commission des affaires sociales à l'Assemblée Nationale), Mr Alexandre Moatti (conseiller NTIC au cabinet du ministre de la santé).

Pour conclure sur le principe du colloque, on regrette simplement que le contenu des exposés se répétaient parfois (quand ils ne se contredisaient pas) malgré une animation intelligente des débats menée par le Dr Thébaut.

 

Des thématiques abordées par les intervenants (exposants et témoins) on retiendra surtout cinq points essentiels (avant que le compte-rendu détaillé soit communiqué sur ce blog à une date non précisée).

En premier lieu, si le DMP s'adresse à tous, un effort conséquent en matière de communication reste à faire pour le faire savoir. Car, d'un mini sondage réalisé le Dr Pencole au sein de son cabinet (en Bretagne), il résulte que le grand public méconnait à 60% l'existence du DMP.  Trois aspects inquiètent les 40% informés sur le DMP : le stockage des données, la consultation (unique?) via le poste du médecin et son usage rendu obligatoire.

En second lieu, le DMP peut (il s'agit d'une éventualité à l'étude actuellement) avoir deux tiroirs : l'un pour le patient (version allégée et vulgarisée du contenu médical) et l'autre pour les pros, les connaisseurs, les savants! Mr Moatti s'est même livré à un éclairage singulier en décrivant le DMP en trois zones : une verte (tout le monde y accède), une orange (on sait qu'il y a une infos mais on n'en sait pas plus...), une rouge (pour les IVG et/ou la psychiatrie). A ceci, un intervenant s'est interrogé sur le masquage des infos compte tenu du fait que le patient a le droit de rejeter le DMP! L'allégorie du feux de la route n'a, en tous les cas, pas l'heur de plaire au député (et professeur) Dubernard qui a maintes fois insisté sur l'impératif de simplicité.

Ensuite, les débats ont porté sur l'identification du patient tant il est vrai que le DMP rend indispensable la mise en place d'un identifiant unique et fiable.

Le point intéressant suivant portait sur un ensemble de questions essentielles posées par le DR Grichy. Qui va créer le DMP? Qui en aura accès (total ou partiel)? Qui supprimera les informations? Quid du refus du médecin à adopter le DMP? En considérant ce dernier point comme acquis d'avance, la salle (composée pour l'essentiel de médecin) est devenue houleuse...

Dernier point : le transfert des données entre le poste informatique du médecin et le serveur (hébergeant les datas du DMP). Le Dr Alexandre, après avoir expliqué que la double-saisie (entre DMP et dossier médecin) serait inévitable, a posé divers problèmes complexes : 20% des médecins resteront sous connexion RTC (rendant la récupération des données difficile), 10% des médecins resteront en zone inaccessible à l'ADSL, etc. Après avoir définit le DMP comme au centre de multiples systèmes d'information (hôpital, radio, biologie, pharmacie, cabinet médical, etc), il a exposé les trois qualités de fond du DMP : regrouper les informations en provenance de systèmes divers, les classer et les synthétiser.

Ce colloque aura permis, sans aucun doute d'apporter des réponses à des thèmes cruciaux pour l'avenir du DMP du point de vue du médecin.
Il aura surtout posé de vraies questions qui devront faire l'objet d'études (terrain) sérieuses (incluant médecins et patients) afin d'éviter les réponses soit trop complexes ou technocratiques, soit inadéquates comme autant de grains de sables évitables dans le déploiement d'un DMP d'un usage simple et donc véritablement pour tous.

Autre compte-rendu disponible "le quotidien du médecin" : http://www.quotimed.com/journal/index.cfm?fuseaction=viewarticle&Dartidx=199240&dnews=136496&Newsid=20041117

Compte-rendu d'Annuaire-secu.com par J.P. Lierville  http://medical28.org/version_2/discussion.asp?id_contribution=738

Posted by Thierry Abiven on novembre 15, 2004 at 10:43 AM dans Dossier santé : compte-rendu événement | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/1415804

Voici les sites qui parlent de Compte-rendu colloque DMP : des questions en suspens.:

Commentaires

Une remarque partagée par de nombreux confrères.

gianfranco ramoser

Rédigé par: gianfranco ramoser | novembre 25, 2004 09:59 PM

Etant Elu d'une URML, je suis un peu informé , grace à dossier-medical.info , des travaux de ce colloque disons mediatique organisé à l'initiative de l'URML Ile de France

Une fois l'effet d'annonce du Ministre Douste Blazy passé , et l'euphorie des politiques ( Pr DUBERNARDD etc ..) calmée
les promoteurs du DMP commenceraient-ils à
prendre conscience qu'ils viennent d'ouvrir une boite de pandore .!!

La theorie du Yaka ou la methode COUE n'ont jamais permis de solutionner les problémes techniques de faisabilité d'un projet visant à mettre en place un Systeme d'Infomation aussi ambitieux que le DMP ?

Il y a des régles et des méthodes que connaissent bien les analystes et urbanistes de Systemes d'Information .

Par experience de tels colloques spectacles ou beaucoup de gens s'autoproclament compétents sont totalement improductifs ou ne font que semer la confusion dans les esprits des acteurs potentiels du systeme .

A la lecteure du compte rendu , il ne semble pas que les questions fondamentales aient été abordées .

Dr LONJON R
élu URML Auvergne

Rédigé par: Dr LONJON | novembre 16, 2004 07:02 PM

Poster un commentaire