« Lu dans Zdnet.fr aujourd'hui | Accueil | e administration et e dossier médical »

mardi, 28 septembre 2004

Marche / Economie : Les évènements 2004 : Santé : le dossier patient unique au cœur des enjeux

main_avec_dollars Partis politiques et gouvernement y sont favorables. Le dossier patient unique partagé devient un point névralgique du système de santé. Et qui dit partage dit accès et donc solutions communicantes.
Nous estimons à plus de 640 ME les recettes à réaliser en équipant les hôpitaux publics de solutions permettant de gérer de façon transversale les dossiers des patients », déclare Laurent Levasseur, responsable du développement commercial chez l’éditeur intégrateur spécialiste du marché de la santé publique Médasys. Avant de poursuivre : « Aujourd’hui, sur 1 100 établissements de santé publique, une cinquantaine seulement ont mis en place un tel système. » Sans compter les cliniques privées, qui, elles aussi, devront s’équiper, suivies des cabinets médicaux et autres praticiens.
De fait, pour les acteurs intervenant sur le secteur de la santé, le « dossier patient » devient un point névralgique du système de santé français. Son corollaire informatique, « le système d’information centré patient », pourrait dynamiser le développement
d’un marché que beaucoup considéraient comme un miroir aux alouettes. Les projets commencent à fleurir (lire encadré ci-contre). À l’origine de ce décollage tant espéré, tout d’abord la volonté de l’État (lire encadré ci-dessous). Philippe Douste-Blazy, le nouveau ministre de la Santé, a d’ailleurs réaffirmé le caractère prioritaire du dossier patient partagé.

Moderniser et adapter les systèmes existants

« Pour être lisibles, les dossiers patients, de plus en plus volumineux, notamment à cause des actes d’imagerie, devront être centralisés et partagés. À terme, cela implique que les composantes des corps médicaux et hospitaliers disposent des solutions permettant l’accès et l’enrichissement de ces dossiers communs », note Claire Japy, la responsable marketing de l’intégrateur SQLI. « Et pour les directeurs d’hôpitaux, la tarification à l’acte entraînera la nécessité de s’appuyer sur des systèmes d’information qui permettront de tracer ce qui a été réellement effectué », argue à son tour Laurent Levasseur de Médasys, qui ajoute : « Entre les contraintes directement liées à la santé des patients et les nécessités de réaliser des économies, le dossier patient constituera sans conteste le cœur du système. »
Ainsi, dans l’immédiat, le cœur de cible, ce sont les établissements de soins, publics et privés, au nombre de 2 300, selon Claire Japy. « Il ne s’agit pas de les équiper, ils le sont quasiment tous, mais bien de moderniser et d’adapter leurs systèmes d’information aux nouvelles contraintes. » En effet, les acteurs du monde des services s’accordent sur le fait que la plupart de ces établissements ont des plates-formes IT affectées à des tâches administratives, telles que l’enregistrement des patients. « Maintenant, il faut leur proposer des solutions métiers, insiste Claire Japy. Le fait que durant des années on ait attaqué le secteur de la santé en se contentant souvent d’ajouter une couche métier aux solutions globales et non de partir des besoins de ces professions est sans doute l’une des raisons pour lesquelles ce marché peine à décoller. » Par ailleurs, lesdites solutions (applications et outils de connexion) qui trouveront preneur seront celles qui présenteront la double caractéristique de permettre la centralisation des données, constituées donc d’un tronc commun, tout en répondant aux besoins spécifiques des professions de santé. Ainsi, l’intégrateur C2A a conclu avec des éditeurs du monde médical des accords pour que ces derniers ajoutent à leurs solutions métiers un bouton d’accès à sa plate-forme (lire encadré ci-dessus).

Un gros chantier pour développeurs et intégrateurs

Autant dire que les compétences qui profiteront principalement de ce marché en devenir seront celles touchant au développement et à l’intégration. Bien sûr, dans l’immédiat, le mouvement touchera essentiellement de grandes structures et concernera plutôt les acteurs positionnés sur les
segments grands comptes ou déjà spécialisés dans la santé. Mais cette période sera transitoire. « Si le plan Hôpital 2007 est respecté, à son terme [2007], la totalité des centres hospitaliers devront être prêts », rappelle Laurent Levasseur. Rappelons que l’objectif est de parvenir au dossier patient unique, exhaustif et accessible par tous. C’est dire le nombre de praticiens qu’il va falloir moderniser. « Les médecins n’auront pas le choix, sous peine de fournir des prestations de moindre qualité que celles de leurs confrères connectés », assène Claire Japy. Une modernisation qui ne sera d’ailleurs pas si douloureuse à mettre en œuvre, car la plupart des praticiens sont désormais convaincus de l’intérêt de la « chose IT ». « La coopération entre médecins n’est pas complètement nouvelle, mais avec l’importance croissante du plateau médico-technique, elle s’intensifie », confirme le docteur Alain Mercatello, anesthésiste-réanimateur et maître d’œuvre des systèmes d’information centrés patient pour l’Assistance publique Hôpitaux de Paris. « Nombre d’entre eux ont compris qu’ils pouvaient ainsi réaliser des économies sans pour autant toucher à la qualité des soins, voire en l’améliorant », relève Maurice Bourlier, Pdg d’Arès, qui vient
de créer son entité Médicarès. « Imaginez pour un médecin de ville l’intérêt qu’il y a à accéder rapidement au dossier d’hospitalisation du patient qu’il a en consultation », reprend Gilles Steckler, tandis que Maurice Bourlier conclut : « Pour la carte Vitale, on a bien cru qu’on n’y arriverait jamais. Aujourd’hui, elle est chez tout le monde ou presque. »

Nathalie Boisson DISTRIBUTIQUE

Posted by Thierry Abiven on septembre 28, 2004 at 09:02 AM dans Dossier santé : Europe | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/1057001

Voici les sites qui parlent de Marche / Economie : Les évènements 2004 : Santé : le dossier patient unique au cœur des enjeux :

Commentaires

Poster un commentaire