« Dossier santé problématique : l'accessibilité | Accueil | Le dossier médical qui les intéresse est un fantasme »

samedi, 04 septembre 2004

eDMP : une leçon ardéchoise

ordino_mailSource : Les Echos du 24 août 2004.

Le point de vue de Albert-Claude BENHAMOU [1]

La généralisation du dossier médical personnel (DMP) est une mesure politique clairvoyante du ministre de la Santé et de la Protection sociale, Philippe Douste-Blazy. Il faut que les experts de « santé numérique » rendent compte de la validité de cette solution capitale pour l’avenir de la santé dans notre pays.

Le DMP est une mesure technologique aux effets positifs multiples. Il garantit une bonne information médicale et assure une très bonne sécurité sanitaire pour les patients, la simplification des relations avec les patients et avec l’ensemble des acteurs sanitaires pour les professionnels de santé, les renforcements des liens ville-hôpital pour les secteurs public et privé. Il permet aux administrations et aux tutelles de fonder la gouvernance (financière et assurantielle) sur la réalité médico-sociale du pays.

Le DMP n’est pas liberticide. Contrairement à ce que certains disent ou écrivent, le DMP offre toutes les garanties de confidentialité des données de santé des patients : elles sont exigées par la loi et rendues effectives par les technologies actuelles du cryptage des données qui sont désormais quasi inviolables. Sa mise en oeuvre du DMP doit être comprise comme une chance et non comme une contrainte assortie de sanctions éventuelles. Les Français ont plébiscité dans différents sondages l’avancée sanitaire intelligente que représente le DMP. Le président de la République, lui-même, en a salué l’augure dans son allocution du 14 juillet 2004.

L’urgence maintenant est de réussir cette réforme très attendue. Les mises en place en « grandeur réelle » du DMP sont rares en France. D’où tout l’intérêt de l’expérience unique menée par l’Ardèche méridionale.

Depuis deux ans, un DMP a été installé pour un bassin de population de 80.000 personnes. Le patient est au coeur du dispositif avec son médecin traitant, qui gère le dossier et avec lequel il signe une convention spécifique. Le patient peut changer quand il le souhaite de médecin référent. Exemple de réactions : « Le DMP, ça plaît à mes patients », dit le docteur Fayolle, médecin généraliste exerçant dans une maison médicale à Ruoms. Il est perçu comme une sécurité et comme un gage de continuité des soins. J’inclus moi-même en quelques minutes mes nouveaux DMP dans le système. J’apprécie l’effort de rigueur que cela implique et j’estime ainsi améliorer la qualité de mon acte médical. Le DMP évite le gaspillage. » Pour l’hôpital d’Aubenas et la clinique du Vivarais, « le DMP, ce n’est pas si compliqué que cela. Il fait gagner du temps, expliquent plusieurs de leurs praticiens et gestionnaires. C’est simple, transparent, gratuit, adapté aux besoins des professionnels. Il faudra néanmoins garder à l’esprit l’importance de la confidentialité, en particulier pour le cancer, le sida, la psychiatrie, etc. Les patients ou leurs familles au besoin devront donner leur autorisation pour que ces données soient ou non inscrites dans le DMP ».

A l’heure où notre pays doit se préparer à réussir son entrée dans l’ère de la santé numérique et où la loi prévoit la généralisation du DMP pour 2007, le DMP de l’Ardèche méridionale est une solution française bien adaptée à nos habitudes culturelles, offrant la technicité la plus avancée, reproductible, généralisable et évaluable, et prête pour modéliser l’extension du DMP à l’échelle nationale. Tous les experts les plus au fait de ce dossier sont appelés ici à rejoindre un Comité national d’évaluation qui pourra apporter aux pouvoirs publics une information éclairée et rapidement opérationnelle, de manière éthique et indépendante.

(1)
Le texte est de Albert Claude Benhamou, chirurgien à la Pitié- Salpêtrière. L’auteur revient sur l’expérience et estime qu’elle « mérite d’être étendue à l’échelle nationale ».

Posted by Thierry Abiven on septembre 4, 2004 at 10:46 AM dans Dossier santé : polémique | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/1088797

Voici les sites qui parlent de eDMP : une leçon ardéchoise:

Commentaires

Poster un commentaire