jeudi, 17 mars 2005

+ 300 articles experts en effet!

ArbreIl fallait y mettre un peu d'ordre, bien examiner les divers articles proposés à votre analyse et "faire le ménage" pour toujours rester en phase avec l'actualité du DMP. C'est fait!

Ce travail accompli (ouf!) il était indispensable d'améliorer les possibilités de recherche, afin de vous permettre d' extraire - rapidement et efficacement - les informations susceptibles de vous aider. X recherche est là pour cela. Je crois qu'il s'agit là d'un vrai outil de performance et de crédibilité de ce blog particulier.

La publication des articles va donc reprendre avec un point pour commencer sur les évolutions récentes liées à l'actualité du DMP. Libre à vous de les commenter....

Posted by Thierry Abiven on mars 17, 2005 at 03:24 PM dans Blog - Pub - Divers | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

mercredi, 09 mars 2005

Un piètre débat sur le DMP à Canal+

2_femmes_1Le hasard a voulu que je tombe sur un "débat" concernant le DMP sur Canal+ entre midi et deux.
Le titre était "avantages et dérives du DMP". Pourquoi pas un tel titre, après tout! Je suppose qu'il en fallait un....
Etaient invitées pour en discuter, Martine MARCHAND, médecin généraliste que nos visiteurs connaissent bien (grâce à ses interventions judicieuses et fréquentes sur ce blog) et Jeanne BOSSI de la CNIL.

Martine était censée être du coté du NON! Vous vous doutez bien qu'elle a rempli sa mission. On a pu cependant regretter le mordant dont elle sait faire preuve par écrit. Martine, la prochaine fois à la télé, il faut frapper plus fort!
Quant à Jeanne, elle a dit que la CNIL n'avait pas à être pour ou contre (elle a raison d'ailleurs...) et a employé un langage nuancé et très prudent. Il est vrai que la CNIL se situe géographiquement tout près de Sciences Po Paris, école illustre pour son apprentissage du parlé "nuancé et ... prudent"(*).

Nous (les téléspectateurs de Canal en clair à cette heure) avons surtout eu le droit à deux développements (à la va-vite / on n'avait pas que ça à faire sur le plateau). La sécurité des données de santé personnelle peut-elle être vraiment assurée? Pour Martine, c'est non (avec un sourire très sympa d'ailleurs), pour Jeanne, c'est toujours dans la nuance et la prudence. Enfin, il y a le remboursement des soins et sur ce point, on est très vite passé car l'autre thème pointait le bout de son nez (à savoir le tunning, pour ceux qui s'intéressent...).

Bref, une émission sur le fond et la forme assez nulle. Trouvons lui néanmoins quelques points positifs :
1°) elle a évoqué le DMP dans un créneau horaire "grand public" et ça, c'est pas mal du tout...
2°) on a pu voir Martine passer à la télé : Bravo Martine!
3°) on a surtout compris l'une des raisons pour lesquels le grand public ignore le DMP : les journalistes ne connaissent vraiment pas le dossier.

Sur le dernier point, je n'avais pas attendu l'émission pour faire ce constat qui n'a rien de grave d'ailleurs. Il va falloir simplement faire passer des briefs solides. Pour finir, réduire le DMP à un débat pour ou contre, c'est regrettable eu égard à son potentiel. A quand la grande émission du DMP?


* Je place des guillemets car j'aurai souhaité dire autre chose mais ce n'est pas l'objet de ce blog.

Posted by Thierry Abiven on mars 9, 2005 at 05:55 PM dans Dossier santé : polémique | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

mardi, 08 mars 2005

DMP : quel impact pour le patient?

Claviernb_2L'introduction des NTIC dans les différents secteurs administratifs est, aujourd'hui, un fait irréversible dont la légitimité et l'importance ne sont plus discutables. Ces technologies permettent, entre autres, une grande rapidité dans le traitement et la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne administrative.

L'administration du secteur médical a connu, elle aussi, des mutations considérables et s'est vu impliquer dans un système de réseaux. Toutefois, la complexité du secteur et le nombre de contraintes qui interviennent, parfois, dans sa gestion empêchent la généralisation de l'utilisation de ces technologies. Elles nécessitent que soient reconsidérés certains aspects qui pourraient avoir un impact négatif sur la relation soignant-patient.

Lors du VIIIe congrès national d'informatique médicale, tenu le samedi 26 février dernier, certains intervenants ont abordé cette question de l'incidence de l'informatique sur le processus thérapeutique et la réussite du traitement.

Sofiane Zribi, psychiatre, note que la constitution d'un dossier médical informatique partagé (DMIP) risque de nuire à la relation de confiance établie entre le médecin et son patient. La dimension inhumaine et trop rationnelle associée à l'ordinateur peut altérer la communication et donner à la consultation un aspect impersonnel.

Le spécialiste ajoute qu'«en présence de l'ordinateur, le malade a l'impression que le médecin est soumis à une autorité de tutelle qui le dépasse, qu'il n'est plus libre. Il se sent alors inquiet quant à la confidentialité de son dossier. Le médecin perd, ainsi, son statut privilégié et sécurisant pour être réduit au statut de technicien de santé».

A côté du problème de la confiance altérée, les informations transmises au malade ne sont jamais tout à fait celles qui sont notées sur son dossier. Même si la différence entre les deux versions est peu perceptible, elle est d'une grande importance d'un point de vue psychologique et reflète l'habileté du médecin selon les circonstances à adoucir les réalités afin de ne pas heurter le patient.

Or, toutes ces précautions sont inutiles dès lors que le dossier médical est partagé et que sa consultation devient accessible à différents intervenants. Face à cette difficulté, il y a lieu de se demander si la constitution de deux dossiers n'est pas nécessaire afin, d'une part, de préserver l'exactitude du diagnostic médical et, d'autre part, d'épargner la sensibilité du malade.

Toutes ces réticences, poursuit M. Zribi, doivent être considérées non pas comme le fait d'un conservatisme, mais comme une étape nécessaire pour s'approprier la nouvelle technologie dans sa dimension optimale et constructive et éviter certains impacts négatifs.

 

Dans le même ordre d'idées, il souligne l'importance qu'il y a à tenir compte de la souffrance humaine derrière chaque dossier médical et à ne pas se laisser dominer par la loi de la machine.

Le Dr Zribi relève, enfin, quelques points à éviter dans le processus d'appropriation du système de partage de l'information médicale. Comme le fait, par exemple, de considérer le DMIP comme un outil exclusivement économique, ou encore comme une simple référence médico-légale. Car il est important de prendre conscience des limites de ces technologies.

Source : La presse / Tunis

Posted by Thierry Abiven on mars 8, 2005 at 11:55 AM dans Dossier santé : généralités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

lundi, 07 mars 2005

Testeurs de DMP wanted !

Main_clavierLe DMP, on en parle, on en parle mais... nous sommes peu nombreux à en avoir réellement vu. Oui, je vous cause bien d'un vrai DMP, qui répond aux critères d'un DMP. La précision est importante étant donné le nombre (impressionnant) de soi disant DMP qui se sont (auto) présentés comme tel!
Un dossier "médecin" n'est pas un DMP, pas plus qu'un soft de gestion d'hôpital (quand bien même il incorpore un dossier soi disant "patient"), etc, etc.

Ici et maintenant, je m'adresse aux 8 à 9000 visiteurs uniques par mois de ce blog, NOUS avons les moyens de VOIR par nous même un VRAI DMP. Ceci ne veut pas dire qu'il va vous plaire (ça, c'est autre chose!).

Alors, si vous aussi, vous souhaitez passer aux traveaux pratiques et TESTER UN DMP, merci de m'envoyer un mail afin de vous inscrire sur la liste des testeurs (en plaçant "test" comme objet de votre message / ça me facilitera la gestion...).

Mon email : [email protected]  ("test" = objet de votre message)

Posted by Thierry Abiven on mars 7, 2005 at 03:18 PM dans Blog - Pub - Divers | Permalink | Commentaires (3) | TrackBack (0)

mercredi, 02 mars 2005

Des médecins très réticents

Mal présentée, la réforme provoque chez les praticiens inquiétude et scepticisme. Relance de la guerre entre généralistes et spécialistes, dilution des responsabilités, manque de valorisation des compétences: leur diagnostic ne les incite guère à l'enthousiasme

Declar_medInquiet. Déboussolé. Et, pour tout dire, complètement paumé. C'est ainsi: hormis quelques syndicalistes, la quasi-totalité du corps médical est incapable de répondre à une question précise sur la réforme de l'assurance-maladie.


D'ailleurs, après avoir longuement interrogé de nombreux praticiens, généralistes et spécialistes, parisiens ou provinciaux, L'Express n'a obtenu, le plus souvent, qu'un gros soupir. Avant qu'une bonne partie d'entre eux ne lâchent: «Je n'y comprends pas grand-chose. Vous qui êtes journaliste, vous ne voulez pas m'expliquer comment ça va se passer?»

La suite sur l'Express :

http://www.lexpress.fr/info/sciences/dossier/sante/dossier.asp?ida=431804

Posted by Thierry Abiven on mars 2, 2005 at 08:31 AM dans Dossier santé : environnement | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

mardi, 01 mars 2005

Sesam vitale en quelques chiffres

http://www.sesam-vitale.fr/programme/tablo_chiffrescles.asp

Posted by Thierry Abiven on mars 1, 2005 at 08:50 AM dans Dossier santé : environnement | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

lundi, 28 février 2005

Organismes à connaître

Retrouvez toutes ces adresses dans l'annuaire du DMP
http://dossiermedical.mylinea.com/

HAS
La Haute Autorité de santé, élément important de la nouvelle organisation du paysage sanitaire français, est un organisme public indépendant à caractère scientifique.
Créée dans le cadre de la loi du 13 août 2004 relative à l'assurance maladie, la Haute Autorité de santé est chargée :
- d'évaluer l'utilité médicale de l'ensemble des actes, prestations et produits de santé pris en charge par l'assurance maladie ;
- de mettre en œuvre la certification des établissements de santé ;
- de promouvoir les bonnes pratiques et le bon usage des soins auprès des professionnels de santé et du grand public.
http://www.anaes.fr/HAS/has.nsf/HomePage?ReadForm


EDISANTE

Association à but non lucratif qui comprend les principaux acteurs de la Santé en France regroupés en collèges et qui travaillent au développement et à la promotion des échanges de données informatisés. Elle a donc pour vocation de regrouper tous les acteurs et d'organiser leur rencontre pratique avec l'industrie informatique et télécom. Elle joue aussi un rôle dans l'évolution nationale et internationale des différentes normes et standards pratiques, notamment dans les mondes EDIFACT et XML.
http://www.edisante.org/  

Groupement pour la modernisation du système d'information hospitalier - GMSIH
Ce groupement d'intérêt public a pour mission d'harmoniser le système d'information des établissements de santé par la normalisation, de sensibiliser leurs dirigeants au rôle du système d'information dans leurs stratégies et d'accompagner les établissements de santé dans la conduite du changement au travers de publication de recommandations, guides méthodologiques,spécifications permettant aux éditeurs de produire des logiciels et aux dirigeants des établissements d'être guidés dans la définition de leur système d'information.
http://www.gmsih.fr/


Organisation Professionnelle d'Harmonisation en Informatique de Santé OPHIS
L'OPHIS a pour vocation de porter à la connaissance des professionnels les solutions techniques appropriées dans le domaine de l'informatique et des télécommunications. C'est un organisme de formation, d'information et de certification.
http://www.ophis.asso.fr/

ProRec-France
Cette organisation se présente comme le centre français pour la promotion de systèmes de dossiers de santé européens de qualité.Elle organise le 14 juin 2002 à Paris une journée intitulée " Le DOSSIER de SANTÉ, les RÉSEAUX de SOINS, la LIAISON VILLE - HÔPITAL".
http://www.prorec-france.org

Comité Européen de Normalisation

Organisme de normalisation au niveau européen, dans le domaine de l’information de santé et des techniques de communication qui travaille à la compatibilité et à l’interopérabilité de systèmes indépendants.

http://www.centc251.org/

HL7 (Health Level 7)
Health Level 7 est un groupe de professionnels de santé fondé en 1987 aux États-Unis afin de développer des standards d'échanges électroniques de données médicales.
http://www.hl7.org

Posted by Thierry Abiven on février 28, 2005 at 08:51 AM dans Dossier santé : France | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)